L’interview Pro de Virginie Giron : De slasheuse à Entrepreneuse du Numérique !

English version below

Après un master e-business à l’EM Strasbourg, j’ai travaillé pendant 10 ans dans la fonction publique à Metz. Au début, j’étais chargée du contenu du site internet et du magazine mensuel de cette institution. Dix ans plus tard, j’étais chef de projet web et print, et rédactrice en chef de ce même magazine. En parallèle, j’ai donné chaque année des cours de web marketing à l’Université de Lorraine, en tant qu’enseignante vacataire. Cette année, j’aborde le Community Management et le référencement naturel en Master.

2012
Déjà une slasheuse à l’époque, comment êtes-vous devenue une entrepreneuse du numérique ?

Il y a 3 ans, j’ai décidé de quitter la fonction publique. J’avais envie de nouveautés dans mon parcours professionnel et retrouver mes premières amours : le web. Mais en 8 ans, malgré une veille continue du secteur, je manquais de bagage. J’ai alors créé mon agence de conseil en communication web, Arkadia Communication. C’est une autoentreprise basée près de Metz : j’assure du conseil en communication digitale (création et promotion de sites internet, community management, référencement naturel…) et je forme des salariés et chefs d’entreprise puisque Arkadia est un Organisme de Formation. J’ai cumulé pendant 2 ans mon poste de fonctionnaire avec les missions d’Arkadia Communication. Je me suis beaucoup formée et j’ai satisfait mes premiers clients. Et il y a 6 mois, j’ai quitté la fonction publique pour me lancer dans l’aventure d’une start-up, Self-Artworks.com.

logo_final_ptedef_rvb
Qu’est ce qui vous a donné envie de vous lancer ?

J’avais fait le tour de mes missions. J’avais besoin d’expérimenter d’autres choses, et de rencontrer d’autres personnes. J’avais aussi envie d’évoluer dans un milieu de passionnés, comme ce milieu du numérique où tout bouge tout le temps.
La décision n’a pas été facile à prendre, avec les risques que ce changement entraîne. J’ai pris un maximum de précautions avant de partir afin d’être sûre, autant que possible, que je n’allais pas me retrouver au chômage au bout de 6 mois… En plus, le projet Self-Artworks.com tourne autour de la vente d’art contemporain sur internet, avec de nombreuses fonctionnalités de réseau social et des outils de vente très innovants par rapport à nos concurrents. J’ai confiance dans ce projet et les premiers mois d’activité me prouvent que j’ai eu raison ! Ce fut le meilleur moment de ma carrière.

Qu’est-ce qui fait votre force dans les différentes missions que vous avez à gérer ?

On peut se sentir rapidement débordé face à la multiplicité des missions, et leur diversité : préparer et animer des cours ou des formations d’adultes, corriger les partiels des étudiants, créer un site web et des contenus, animer les réseaux sociaux de mes clients, et les miens… En fait, la clef, c’est qu’il faut surtout être très organisé. Et je pense que ma force, c’est aussi d’arriver à évaluer le temps que telle ou telle mission me prendra. Je me trompe rarement. Du coup, le planning que je me fixe est très souvent respecté. Et de toute façon, il est forcément respecté pour mes clients : je termine toujours mes missions en temps et en heure. Le client est roi.

Comment vous êtes-vous constitué votre carnet d’adresse ?

Je pense qu’il ne faut pas poser cette question au passé. Un carnet d’adresse se constitue tous les jours ; il n’est jamais terminé. Je rentre en contact avec des professionnels lors d’afterworks ou de journées organisés par des associations de la Grande Région et j’ai aussi pas mal de contacts via LinkedIn et Viadeo où je suis assez active.

Quels sont les avantages de votre situation ?

J’aime le dynamisme inhérent à ma façon de travailler. Je ne fais jamais les mêmes choses d’un jour à l’autre. Je sors, je rencontre d’autres professionnels et je varie les missions si c’est possible.

logo-selfartworks-blanc-ptedef


The Interview of Virginie Giron: From Slasher to Digital Entrepreneur

 

After a Master’s degree in e-business at Management School of Strasbourg, I worked for 10 years in Public Administration in Metz. I was responsible for the content of a magazine and a website. Ten years later, I was a Project Manager Print and Web but also Chief Editor for this same magazine. In parallel, I give Web Marketing courses at the University of Lorraine. This year I will teach to Master students Community Management and SEO courses.

Already Slasher before, how did you become a digital entrepreneur?

3 years ago, I decided to quit public administration. I wanted new things in my professional career and go back to my first love: the Web. But in 8 years, even though I was listening to the market, I had a lack of skills. I then decided to create my own digital agency Arkadia Communication. This is an auto enterprise based in Metz. I provide consulting in digital communications (creation and promotion of websites, CM, SEO), and I train collaborators and CEO, as Arkadia is also a training agency. I handled several job positions during 2 years with my job in Public Administration and my missions with Arkadia Communication. I trained a lot and I satisfied my first clients. Six months ago, I left my first job and I started a new project in a start-up: Self-Artworks.com.

What makes you want to change?

I had seen pretty much everything in my missions, so I wanted to explore new things and meet new people. I also wanted to evolve in a moving environment like Digital with passionate people. My decision wasn’t easy. With the risks that it takes, I was very careful and I waited before quitting my job. I did not want to be unemployed during 6 months. The Self-Artworks.com project is based on selling contemporary art on the web. The plus? We have many innovative functionalities of social media that our competitors do not have. The few months of activity showed me that I was right, I am confident about this project! This was the best moment of my career.

What are you strengths in the different missions you have to manage?

You can feel very quickly overloaded with all these missions: prepare and entertain courses for adults, correct exams, crate a website and its content, monitor the social media for clients but also mines… In fact, the key for success is to be organised. I think that my strength is to be able to evaluate the time I need to accomplish my tasks so that my planning is respected.

How did you build your portfolio?

I do not think we should not refer this question in the past tense. You build your network every day and it never ends. I meet people during after works, fairs organised in the Great Region. I am also very active on Viadeo and LinkedIn.

The advantages of such a situation?

I like the dynamic in my work. Every day and every mission is different and I meet other professionals.

Facebook Comments

Website Comments

  1. Virginie Giron

    Je viens de retomber sur cette interview réalisée il y a à peine 1 an et que de changements depuis !
    J’ai quitté la start up pour laquelle je travaillais à l’époque et me suis lancée à mon compte à 100%, en entreprise individuelle.
    Je continue à fournir des conseils en communication web (conception et gestion de sites internet, community management, référencement naturel et payant). Je travaille toujours en tant que vacataire à l’Université de Lorraine et j’anime des formations d’adultes sur ces sujets (www.arkadia-communication.com/formations).
    Les sujets restent les mêmes et ma clientèle se développe. C’est toujours aussi passionnant et ma façon de travailler reste la même : une bonne organisation, la variété des problématiques, une veille constante du secteur… J’adore !

  2. oriane.martin

    Bonjour Virginie,
    Merci pour ton retour, nous sommes ravis que tu aies trouvé la bonne voie pour exercer tes talents numériques ! A très vite sur la place Lorraine, et qui sait, peut-être même à un de tes cours 😉

Post a comment