Cinq diplômes 100% job


Bien choisir sa filière pour ne pas se retrouver sur le carreau à la sortie de l’école, c’est possible !
 
Il n’y a pas que Polytechnique ou HEC dans la vie! Moins connues ou moins courues, les filières que nous avons retenues n’en remplissent pas moins leur fonction : vous offrir une formation, un diplôme et surtout un job à la sortie. Un véritable atout quand on sait que le taux de chômage des moins de 24 ans atteint 24,6%.
 
 
Un ticket pour l’espace à Toulouse.
 
C’est l’une des formations les plus porteuses du moment : la licence professionnelle techniques industrielles en aéronautique et spatiale de l’université Paul-Sabatier à Toulouse (Haute-Garonne) « forme chaque année 80 techniciens spécialisés.
 
Ils conçoivent des pièces aéronautiques, les produisent, les assemblent ou contrôlent leur qualité », explique Max Roux, responsable de la formation.
 
Et d’ajouter : « Le taux d’insertion à trente mois après le diplôme tutoie les 100%. Les étudiants restent souvent dans l’entreprise qui les avait pris en alternance. » Salaire d’embauche à la sortie : 22000 à 26000 € par an.
 
Un DUT de génie à Saint-Nazaire.
 
Une formation courte (bac + 2) qui offre de vraies perspectives, c’est le pari tenu du diplôme universitaire technologique (DUT) génie industriel et maintenance de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Et pourtant, Patrick Guérin, son responsable, reconnaît avoir « du mal à recruter des étudiants ».
 
« Contrairement aux idées reçues, les débouchés sont nombreux dans l’industrie. Les entreprises viennent même chercher nos étudiants pour leur proposer un stage puis du travail! »
 
Le BTS qui vous envoie à l’hôtel.
 
Chaque année, plus de 30000 postes sont à pourvoir dans l’hôtellerie. « Le mieux, c’est de faire un BTS hôtelier ou comptabilité puis d’enchaîner sur une licence professionnelle », conseille Jean-Luc Frusetta, responsable au lycée Albert-de-Mun (Paris) de la licence professionnelle encadrement et exploitation en hôtellerie et restauration de luxe.
 
« C’est le passeport idéal pour l’emploi, poursuit-il. Chez nous, l’insertion dépasse les 90% dès la sortie de l’école! »
 
L’informatique, c’est fantastique.
 
Secteur économique en pleine croissance, l’informatique offre de multiples possibilités aux étudiants. « Les métiers du numérique sont variés. De la conception d’applications mobiles au traitement de données, en passant par le stockage de ces dernières dans le cloud, il y en a pour tous les goûts », détaille Christian Colmant, président de Pasc@line, une association qui promeut les formations liées à ce secteur.
 
Mais attention, « le niveau d’études demandé est élevé et les entreprises ont tendance à privilégier les bac + 5 », commente Emmanuel Vaillant, de Letudiant.fr. Du coup, « il est préférable de passer par un DUT informatique, qui est une excellente formation, pour intégrer ensuite un master dans une université technologique ou une école d’ingénieurs », conseille-t-il.
 
Des débouchés chez les bouchers.
 
Il manque des bouchers en France! La profession recherche plus de 6000 apprentis. « Le CAP boucher offre de façon certaine un emploi », assure Arielle Girot, responsable éditoriale à l’Onisep. Pour un salaire d’embauche à la sortie d’au moins 1800 € par mois.
 
Source ; leparisien.fr
 
Venez rencontrer votre futur employeur dans les secteurs qui recrutent ! Toutes les infos et inscriptions sur plugnwork.eu !
 
Retrouvez toutes les offres d’emploi et de formations sur www.moovijob.com !