Emploi au Luxembourg : travailler à temps partiel est un choix

En Europe, selon Eurostat, la proportion de travailleurs à temps partiel en situation de sous-emploi (disponibles pour travailler plus) est passée de 18,5% en 2008 à 20,5% en 2011 et à 21,4% en 2012, sur les 43 millions de travailleurs à temps partiel que compte l’Union européenne. La situation est manifeste dans les pays où le temps partiel est peu répandu, comme en Grèce (où 66% des travailleurs à temps partiel souhaiteraient travailler plus), en Espagne (55%), en Lettonie (53%) et à Chypre (50%).

En revanche, la plus faible proportion a été constatée aux Pays-Bas (3%), en Estonie (8%) et en République tchèque (10%) et au Luxembourg (11,7%). Au Grand-Duché, près de 19% de la population active travaille à temps partiel mais seuls 11,7% de ces personnes voudraient travailler plus (contre 38,8% en Belgique, 24,7% en France et 17,1% en Allemagne).

15 000 personnes ne cherchent pas de travail

En outre, Eurostat estime qu’en Europe, 11 millions de personnes constituent une force de travail potentielle supplémentaire. Parmi eux, se trouvent les 8,8 millions de personnes âgées de 15 à 74 ans disponibles pour travailler mais qui ne recherchent pas un emploi et les 2,3 millions recherchant un emploi mais indisponibles.

Au Luxembourg, quelque 15 000 personnes pourraient travailler mais ne recherchent pas d’emploi. «Bien que ne faisant pas partie de la population économiquement active, ces deux groupes de personnes montrent un certain attachement au marché du travail», souligne l’office des statistiques.

Publié le 19/04/2013 – Lessentiel.lu – Par MC/AFP

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !