[Emploi] L’écart de salaire entre hommes et femmes au Luxembourg se creuse

Contrairement aux idées reçues, les femmes sont désormais mieux payées que les hommes au Luxembourg. C’est ce qui ressort des premiers résultats de l’enquête sur la structure des salaires dans le pays en 2010.

L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 20.000 salariés employés par 2.200 entreprises luxembourgeoises.

« Le salaire médian (la moitié des salariés gagne moins et l’autre moitié gagne plus, ndlr), des hommes ayant travaillé à temps plein durant toute l’année 2010 est avec 44.224 euros de 3 % inférieur à celui des femmes, 45.767 euros », détaille l’office statistique. L’écart atteint donc 1.500 euros par an environ, soit un peu plus de 100 euros par mois. Il s’agit ici de salaires bruts.

Secteurs à salaires élevés

« Cet avantage salarial s’explique par le fait que les femmes travaillent davantage dans les secteurs à salaires élevés que les hommes. En effet, 26 % des femmes travaillent dans l’enseignement ainsi que dans les activités financières et l’assurance, les deux secteurs qui affichent les salaires médians les plus élevés au Luxembourg », poursuit-il.

Les salaires annuels moyens à temps plein (moyenne de l’ensemble des salaires) sont en revanche toujours supérieurs pour les hommes (57.742 euros) que pour les femmes (52.292 euros). « Dans le milieu de la distribution, il y a donc un avantage salarial pour les femmes, tandis qu’aux extrêmes les hommes ont des salaires plus élevés », explique le Statec.

Et ce résultat inédit en termes de salaires médians à l’avantage des femmes est aussi dû au fait que les calculs tiennent compte pour la première fois du secteur public (administration et enseignement public).

Néanmoins, cette étude met en évidence une tendance positive, en termes de réduction des écarts salariaux.

L’étude se penche également sur les différentes branches d’activités où de très gros écarts salariaux sont mis en évidence : le salaire le plus élevé s’observe dans le secteur de l’enseignement avec 76.898 euros, suivi des secteurs des activités financières et des assurances avec 65.269 euros et de l’administration publique, 61.829 euros.

« En bas de liste, on trouve les activités immobilières, activités de services administratifs et de soutien avec 27.675 euros, puis l’hébergement et restauration à 26.234 euros, soit trois fois moins que dans l’éducation. Ces différences s’expliquent par les profils des salariés et les qualifications requises pour travailler dans ces activités », souligne le Statec.

Publié le 14/01/2013 – Paperjam.lu – Par Nicolas Raulot

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !