Etre Junior-Entrepreneur : quels sont les avantages ?

Pour cette rentrée 2014, nombreux sont les étudiants qui vont devoir choisir un club ou un projet associatif dans le cadre de leur formation. C’est un choix difficile que de choisir entre l’humanitaire, le sport, le culturel, l’international ou encore l’économie. Moovijob s’est intéressé ce mois-ci aux juniors entrepreneurs. Véritables business men/women avant l’heure et jeunes futurs diplômés avec un sens aigu de l’organisation et de la communication, Emmanuelle, Michael et Mathieu ont accepté de répondre à nos questions en amont de la conférence sur Le Junior-Entrepreneur, un profil autonome, responsable et créatif qui sera donné lors du salon Unicareers.lu.

 

 

Il est certain que rejoindre une association à but économique et professionnalisant apporte beaucoup d’avantages aux jeunes juniors entrepreneurs. Il permet de découvrir le monde de l’entreprise et de la relation client alors même que l’on apprend encore sur les bancs de l’école. En plus de permettre de gagner un revenu, il permet de gagner du temps pour se découvrir au travers des diverses missions que l’on aura eu l’occasion de réaliser durant son cursus pour se trouver plus vite. C’est le cas de nos trois juniors entrepreneurs qui au travers de leurs réponses, nous expliquent les raisons qui les ont poussés à se lancer, ce que cette expérience leur a apporté, mais aussi comment ont-ils sur rebondir sur le marché de l’emploi à la sortie de leur école.    

 

Focus : les Junior Entreprises
Les Junior-Entreprises sont des associations d’étudiants qui répondent chaque année à plus de 2 200 problématiques d’entreprises. Autant d’études qui permettent à près de 17 600 étudiants de mettre en pratique l’enseignement théorique qu’ils reçoivent sur des problématiques concrètes d’entreprises, et à ces dernières de bénéficier d’un regard novateur sur leurs problèmes. La Junior-Entreprise est donc un pont qui contribue au rapprochement entre les étudiants de l’enseignement supérieur et le monde de l’entreprise. Toutes ces passerelles sont affiliées à la Confédération Nationale dont je suis un des portes parole.

 
 
Emmanuelle
 

Emmanuelle Marques, 20 ans, responsable communication de Skema Conseil Lille

 

E. M. : Je suis en Master 1 Programme Grande École à Skema Lille et Responsable communication de Skema Conseil Lille depuis Janvier 2014. Originaire d’Orléans, je suis venue sur Lille faire une Licence Gestion et une prépa intégrée à l’Université Catholique de Lille dans le but d’intégrer une école de commerce. A la fin de mon cursus, j’aimerai créer mon entreprise dans le domaine des services en communication.

 
 

Moovijob : Quel est ton rôle à la JE ?

 

E. M. : Mon rôle au de Skema Conseil Lille est plutôt large. Ma mission principale est de promouvoir la structure auprès des étudiants et des professionnels. Les moyens de communications pour ces deux cibles sont totalement différents et il faut savoir offrir une image sérieuse et attractive pour les entreprises et une image amusante et accessible pour les étudiants ! Concrètement, j’organise divers évènements, je suis en charge d’imaginer et de créer les supports de communication et je  m’occupe du Community Management. Par ailleurs, j’ai aussi un rôle décisionnel au sein de Skema Conseil Lille en faisant partie du bureau.

 
 

Moovijob : Pourquoi avoir choisi d’intégrer la JE de ton école ?

 

E. M. : Les raisons sont très variées ! Personnellement, ma première motivation était de me confronter au monde réel des entreprises et sortir des cas pratiques de l’école : c’est une première expérience concrète aussi bien professionnelle que personnelle ! Candidater à Skema Conseil c’est également avoir l’opportunité d’apporter une plus-value à mon profil. Par ailleurs, intégrer la Junior-Entreprise de  son école c’est faire partie d’un mouvement d’ampleur nationale et même Européen. Nous sommes le mouvement le plus confédéré de France !

 
 

Moovijob : Que font les JE et quel est leur rôle pour les entreprises ?

 

E. M. : Les Junior-Entreprises proposent aux entreprises des études qui s’inscrivent dans leurs domaines de compétences. En effet, il existe différents types de Junior-Entreprises : commerciales, ingénieures, universitaires et autres. Chaque type de Junior-Entreprises a donc un champ d’action propre. A Skema Conseil, nous apportons notre expertise à nos clients dans les domaines :

– de la création d’entreprise (analyse du marché, étude de la concurrence, étude de faisabilité…),

– du marketing (étude de marché, de notoriété, de positionnement…),

– de la communication (étude d’image, de communication, plan de communication…),

– des ressources humaines (étude de communication interne, enquête de satisfaction, audit social…),

– de traduction (de l’étranger vers le français, ou inversement),

– de finance (business plan, audit financier…).

Les Junior-Entreprises, et Skema Conseil notamment, ont un regard différent des cabinets de conseil sur les problématiques des entreprises. En effet, nous sommes composés uniquement d’étudiants, ce qui implique que nous ne sommes pas encore formatés par le monde de l’entreprise. Nos recommandations sont donc innovantes, actuelles, audacieuses et en phase avec le monde qui nous entoure.

 
 

Moovijob : Qu’est ce qui fait la différence chez Skema Conseil Lille ?

 

E. M. : A Skema Conseil, contrairement à d’autres Junior-Entreprises, nous avons deux membres à temps plein au sein de la structure. Ces personnes ont fait le choix de consacrer une année entière à Skema Conseil, ce qui permet un suivi des dossiers optimal, une très bonne réactivité et une disponibilité à chaque instant. Ces personnes disposent également d’une grande expérience : l’aventure Junior-Entreprise dure généralement un an, or chez nous, ces membres sont élus à l’issu de leur première année de Junior-Entreprise. Ils jouissent donc d’une expérience de deux ans, qui est profitable à tout le monde, aux membres comme aux clients ! De plus, notre norme ISO 9001v2008 assure à nos clients le maintien des exigences, une rationalisation de notre activité ainsi qu’une gestion des risques par la méthode AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité). Enfin, nous nous engageons à traiter chaque demande dans les 24 heures et de fournir au client notre devis dans les 72 heures suivants notre premier rendez-vous.

 

Focus : La Confédération Nationale des Junior-Entreprises 

 

Créée en 1969, la Confédération Nationale des Junior-Entreprises développe et anime le premier mouvement étudiant confédéré de France avec plus de 17 600 étudiants. Elle a pour mission de coordonner et d’accompagner les 160 Junior-Entreprises réparties sur le territoire français. Associations étudiantes, elles sont implantées dans plus de 80 villes de France au sein de Grandes Ecoles et Universités. Avec un chiffre d’affaires cumulé de 8 millions d’euros les Junior-Entreprises permettent aux étudiants de mettre en pratique l’enseignement théorique dont ils bénéficient, en réalisant des études pour des clients très variés : des TPE aux groupes multinationaux en passant par les Institutions et les entrepreneurs.

 
 

Mika

 

Michaël Ellert, 22 ans, vice-président de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises

 

 

M. E : Après deux années en classe préparatoire j’ai intégré Skema Business School, puis en Master 1 j’ai rejoint un double diplôme en Droit Des Affaires et en Management. En parallèle de mon cursus académique je me suis investi pendant 2 ans dans la Junior-Entreprise de l’école (Skema Conseil Lille). Cette année j’ai décidé de m’engager pendant un an, à temps plein, au sein de la Confédération Nationale des Junior-Entreprises en tant que Vice-Président. Après cette année je souhaite travailler dans le milieu de la création d’entreprise. Avant d’aller plus loin et de vous expliquer ce que je fais dans la confédération laissez-moi vous rappelez le fonctionnement d’une Junior-Entreprise.

 
 

Moovijob : Que fais la CNJE en France ? Et quel est ton rôle ?

 

M. E : La Confédération Nationale des Junior-Entreprises a été créée pour former et accompagner les Junior-Entrepreneurs, protéger la marque Junior-Entreprise,  fédérer le mouvement au niveau national, et faire la promotion de ce modèle associatif révélateur d’esprit d’entreprise.

Pour répondre à cet objet social, j’endosse plusieurs rôles: du management d’équipe, à la gestion des affaires publiques en passant par la gestion des partenariats. La partie qui a trait au management concerne surtout la coordination des pôles internes. Ils contribuent au développement et la bonne gestion des Juniors ainsi qu’à la qualité des services proposés par ces dernières. Par ailleurs nous travaillons régulièrement avec les Ministères sur la problématique de l’insertion des jeunes, ou sur la promotion de l’entrepreneuriat. Comme par exemple lorsque nous sommes partenaire des Pôles Etudiants Pour l’Innovation le Transfert et l’Entrepreneuriat (PEPITE). Nous intervenons donc pour représenter la voie des étudiants en quête de professionnalisation.

A la CNJE nous ne voyons pas seulement la Junior-Entreprise comme une expérience associative, mais comme une nouvelle méthode pour apprendre et se former dans l’action. Ce learning by doing dont tout le monde parle, nous nous le vivons en Junior-Entreprise, et ce, depuis 45 ans. J’ai pour mission d’en faire la promotion.

 
 

Moovijob : Y’a-t-il d’autres CNJE dans d’autres pays ? Comment vous organisez-vous ?

 

M. E : Ce modèle d’enseignement innovant du learning by doing s’est effectivement diffusé dans les autres pays d’Europe et du monde. Sur notre continent la Confédération Européenne permet de soutenir le développement de Juniors. Nous sommes membres de ce réseau et contribuons à la réflexion sur cette méthode d’enseignement, le profil de ces étudiants, l’expérience en Junior et surtout sur l’avenir de ce modèle associatif qui a convaincu plus d’un pays.

Cependant, force est de constater que nos gouvernements nationaux n’ont pas saisi l’enjeu de ce modèle. A contrario du Brésil qui est sur le point de faire passer un projet de loi en faveur des Junior-Entreprises. Celui-ci viendra asseoir la reconnaissance et surtout la place des J.E. dans les cursus de l’enseignement supérieur Brésilien.

 
 

Moovijob : Penses-tu qu’être Junior-Entrepreneur est un atout à l’embauche ?

 

M. E : De mon point de vu, l’embauche n’est qu’une étape dans l’insertion professionnelle des étudiants. Être Junior-Entrepreneur, c’est avoir une multitude d’atouts dans ce processus. Tout au long de leur engagement en Junior-Entreprise les étudiants ont eu à manager des projets variés tel que la gestion d’études pour un client, la gestion de la communication des services de la J.E., ou encore la gestion de la comptabilité.  Cette expérience de la gestion de projets permet aux étudiants de développer des compétences variées propres à chacun.

Être Junior-Entrepreneur c’est donc avoir les idées plus claires sur l’expérience que l’on veut avoir en entreprise notamment au moment de candidater. Pour un recruteur se retrouver en face d’un Junior-Entrepreneur c’est avoir la certitude qu’il n’est pas là par hasard. Grâce aux projets qu’ils ont eus à gérer les étudiants sont plus à même de démontrer leurs compétences, facteur différenciant au moment de la sélection.

Mais cette expérience en junior ne s’arrête pas à l’embauche. Elle optimise l’intégration des étudiants dans l’entreprise car ces derniers vont retrouver des méthodes acquises en Junior: culture du process, respect des contraintes imposées par les clients, réflexes professionnels. Recruter un Junior-Entrepreneur c’est recruter un étudiant opérationnel.

 

 
 

Moovijob : Existe-t-il des études ou des chiffres sur le sujet ?          

 

M. E : Bien sûr, ces études ou ces chiffres viennent d’organismes ou d’acteurs agissant à des échelles radicalement différentes. Au niveau local par exemple des professeurs à l’ICN ont analysé le comportement des Junior Entrepreneurs. Cette étude a fait ressortir que c’est un profil à double facette : managériale et entrepreneuriale. En est ressorti également que la Junior-Entreprise est un projet à part entière d’initiation à l’entrepreneuriat.

Quant à la Confédération Nationale, elle a réalisé en 2013 une enquête sur l’insertion des jeunes diplômés. Nous avons constaté que 71% des recruteurs considèrent que les étudiants investis en Junior-Entreprise ont une plus forte conscience des responsabilités attendues dans le milieu professionnel et que l’expérience en J.E est proche de celle en entreprises.

La Commission Européenne a également publié en Mars 2012 une étude sur l’effet et l’impact des programmes de spécialisation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur. Cette étude a ainsi comparé différents réseaux, dont celui des Junior-Entreprises à l’échelle européenne. Il apparaît que 78% des Junior-Entrepreneurs trouvent directement un emploi après avoir été diplômé, contre 59% des étudiants issus de filières classiques.

A la vue de ces différents chiffres et du fait que l’enseignement supérieur soit en profonde mutation, nous voulons faire reconnaître l’expérience en Junior comme un outil pertinent au service de l’enseignement supérieur. Pour cela nous travaillons aujourd’hui à la reconnaissance de cette expérience au sein des Universités et Grandes Ecoles, auprès des recruteurs, des entreprises mais également des politiques. Nous appelons donc de nos vœux les plus chers, toutes les parties prenantes qui sont sensibles à la question de l’enseignement supérieur à nous soutenir dans cette démarche en prenant contact directement avec nous.

 
 

 10568933_10204430413500647_9118458183088677991_n

 

Mathieu Raynot, 22 ans, ancien membre de la Junior Conseil de l’Escem de Tours, aujourd’hui HR Consultant chez Michael Page à Genève, spécialisé dans les banques et sociétés financières 

 

M. R. : Agé actuellement de 22 ans, je sors tout juste diplômé de l’école de commerce de Tours-Poitiers, anciennement l’ESCEM. Effectuant depuis 18 mois une alternance dans la banque de détails en tant que Business Account Manager, j’ai choisi d’effectuer une reconversion professionnelle dans le recrutement. Je commence ainsi une nouvelle carrière en tant que HR Consultant sur Genève chez Michael Page International. A terme, je souhaite effectuer un MBA dans une grande université américaine afin de me rediriger vers le Strategy Consulting.

 
 

Moovijob : Pourquoi avoir choisi d’intégrer la JE de ton école ?

 

Si j’ai choisi d’intégrer la JE de mon école il y a trois ans, c’est un peu par hasard et par défaut. Pour être honnête, je n’étais pas très bien renseigné sur la vie associative de mon école et les autres associations ne me disaient pas grand-chose. Finalement, je suis très bien tombé le jour où j’ai réalisé que cette association collait parfaitement à ma personnalité et à mon tempérament. C’est d’ailleurs cette expérience en junior entreprise qui m’a donné cette vocation de conseil aux organisations.

 
 

Moovijob : Qu’est-ce que cette expérience t’a apporté sur le plan professionnel aujourd’hui ?

 

Cette expérience professionnelle en junior entreprise m’a apporté énormément sur tous les plans, aussi bien professionnellement que personnellement. Mon Président de la Junior me répétait souvent « Tout ce que tu donnes à ta Junior, ta Junior te le rendra de façon démultipliée ».

Premièrement, cette expérience m’a permis de travailler avec un panel d’interlocuteurs très divers : entrepreneurs, PME, associations, grands groupes, et multinationales. Deuxièmement, chaque projet soulevé par mes clients m’a permis de travailler sur des problématiques uniques et de formuler des réponses ad hoc. En deux ans, j’ai ainsi eu la chance de travailler sur d’innombrables études quantitatives et qualitatives, ainsi que des copy strategy, plan de communication et traductions. Enfin, mon investissement et mon évolution au sein de ma Junior m’ont permis d’occuper successivement des postes de Project Manager, Account Manager, Sales Manager et Public Relations Manager. J’ai ainsi pu développer mes compétences en négociation, marketing, mais aussi en management d’équipe.

 
 

Moovijob : Penses-tu que ton expérience de Junior Entrepreneur t’a aidé à formuler ton parcours et à trouver un emploi ?

 

M. R. : Mon expérience de Junior-Entrepreneur m’a conforté dans mes choix professionnels. Si le conseil m’attire tant aujourd’hui, cela est dû à la diversité des facettes qu’offre le métier de Consultant. Chaque projet confié est unique et représente un nouveau défi à relever seul ou en équipe. Par ailleurs, l’expérience en Junior-Entreprise est très reconnue et valorisée par l’ensemble des recruteurs aujourd’hui. La marque labélisée de Junior-Entreprise a gagné en visibilité ces dernières années et suscité un véritable intérêt auprès des Employeurs, mais surtout auprès des étudiants concernés dans l’enseignement supérieur. Enfin, mes années passées au sein de la Junior m’ont permis de rencontrer des personnes extraordinaires, qui sont devenus de véritables amis, voire plus parfois…

 
 

Un conseil aux jeunes entrants en école ?

 

 « Profite de tes années en école de commerce, ce sont sans aucun doute les meilleures années de ta vie ! »

 
 

Ne manquez pas la conférence donnée à 15 H au Luxembourg Congrès par la JE Skema Conseil et la CNJE sur Le Junior-Entrepreneur, un profil autonome, responsable et créatif.

 
 

Salon de Recrutement Unicareers.lu

vendredi 26 septembre 2014

Luxembourg Congrès – Kirchberg

4, Place de l’Europe à Luxembourg Ville

en continu de 10h à 17h 

Accès : Parking Place de l’Europe

Bus : lignes 1, 13, 16 et Eurobus

Arrêt Philarmonie/Mudam 

 

logo-CNJE skema-conseil