La Belgique sort enfin de la crise !

Il en aura fallu du temps, mais cette fois-ci ça y est ! La Belgique va enfin avoir son gouvernement et sortir de la crise qui la ronge depuis de très nombreux mois.

Après la crise la plus longue de son histoire, la Belgique sort enfin la tête hors de l’eau. Lundi, le roi Albert II a nommé un gouvernement de coalition dirigé par le socialiste francophone Elio Di Rupo.

La prestation de serment du nouveau chef du gouvernement, de ses 12 ministres et 6 secrétaires d’Etat aura lieu le mardi à 15 heures, a précisé le Palais royal.

Elio Di Rupo, 60 ans, sera ainsi le premier francophone à diriger un gouvernement en Belgique depuis plus de 30 ans.

Dix-huit mois après la chute du gouvernement dirigé par le démocrate-chrétien flamand Yves Leterme et 540 jours après les élections législatives du 13 juin 2010, il a fallu une dernière négociation marathon de 20 heures pour que les six partis appelés à composer la coalition s’entendent, plus tôt dans la journée, sur la répartition des portefeuilles.

Les changements sont peu nombreux par rapport à l’équipe sortante

Pas de gros changements dans ce nouveau gouvernement. La seule différence notable, se trouve au niveau des socialistes flamands qui, dans l’opposition jusqu’ici, rejoignent dans la majorité les socialistes francophones et les libéraux et démocrates-chrétiens, tant flamands que francophones. Les Verts et les nationalistes flamands pour leur part restent dans l’opposition.

Un Premier ministre qui doit faire ses preuves

Elio Di Rupo présentera sa déclaration de politique générale devant les députés mercredi, à temps pour assister jeudi et vendredi au sommet de l’Union européenne à Bruxelles. La Chambre des députés devrait voter la confiance au nouveau gouvernement samedi.

Arrivant au pouvoir à un moment où partout en Europe la gauche est à la peine, Elio Di Rupo a réussi à forger des compromis entre Flamands et francophones que beaucoup pensaient inaccessibles. Mais il ne devrait pas pour autant connaître d’état de grâce.

Ce francophone qui maîtrise mal le néerlandais, la langue de 60% de la population belge, doit encore convaincre les Flamands qu’il peut mener à bien les réformes économiques et la décentralisation accrue, actées dans l’accord de gouvernement.

Source : Lesfrontaliers.lu

Retrouvez toutes les offres d’emploi en Belgique en cliquant ici : http://www.moovijob.com/offres-emploi-belgique-pays-bel.html