Les cadres envisagent la formation pour maintenir leur employabilité

La morosité du marché du travail incite les cadres à la prudence, selon le baromètre conjoncturel publié par l’Association pour l’emploi des cadres (Apec). Ils sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à envisager une formation.

L’heure est à la prudence sur le marché de l’emploi des cadres. A peine plus d’un sur cinq envisage de changer de job contre 31% il y a un an. Les plus mobiles sont évidemment les débutants ou les jeunes ayant entre 3 et 5 ans d’ancienneté, constate l’étude de l’Apec. Les seniors préfèrent rester à leur poste. Ceux qui travaillent dans les grands groupes de plus 5.000 salariés sont également les moins enclins à bouger.

Autre enseignement de cette étude : la crise commence à affecter durablement le moral des cadres. Seuls 59% des 998 personnes interrogées se disent optimistes. Ceux qui travaillent dans les métiers de la production industrielle ou les RH sont les plus inquiets. Tout comme les salariés des entreprises de moins de 250 salariés. Un bon tiers d’entre eux estime que leur société traverse une sérieuse zone de turbulences (+7 points par rapport à l’an dernier). Coupes dans les effectifs, restrictions budgétaires… affectent notamment les conditions de travail. Près de la moitié des cadres craint même une dégradation.

Pour entretenir leur CV et rester une valeur sûre sur le marché du travail, ils sont de plus en plus nombreux à miser sur la formation. 44% envisagent de recourir à un bilan de compétences pour peaufiner leur projet professionnel, 42% prévoient de se lancer dans une formation longue (supérieure à un mois) et 26% un démarche de validation des acquis de l’expérience, en vue de consolider leurs acquis.

Publié le 29/01/2013 – Capital.fr – Par La Rédaction

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob.com !