Les pires employés sont les plus heureux

 

Pour vivre heureux au travail, vivons médiocre ? Il semblerait en effet que les employés les plus nuls (les moins bien cotés par leur supérieur lors de leur évaluation annuelle) sont bien plus enthousiastes à propos de leur travail et de leur entreprise que les employés plus performants.

Le cabinet américain de conseil et de recrutement Leadership IQ vient de publier une étude sur les « mauvais employés » et la manière dont ils perçoivent leur entreprise. Résultat : ce sont les travailleurs qui fournissent les moins bonnes performances qui sont le plus attachés à leur entreprise. Ils sont également plus sûrs d’eux-même, plus heureux et moins stressés.

L’étude a été menée dans une entreprise technologique qui compte plus de 1.000 employés. Ces travailleurs ont été classés par leur supérieur dans les catégories « médiocre », « moyen » et « bon ». Il leur a ensuite été demandé de répondre par une note de 1 à 7 à des phrases telles que « Je suis motivé pour me donner à 100% au travail« , « Je recommande mon entreprise comme une bonne organisation pour laquelle travailler », « Mon supérieur direct reconnait et félicite mon travail », etc.

Les moins bons travailleurs favorisés

Dans 42% des sociétés, les ‘low performers‘ se révèlent plus engagés que leurs collègues moyens et bons.

Les moins performants finissent souvent par s’occuper des tâches simples, parce que les managers ne leur en demandent pas beaucoup a déclaré dans le Wall Street Journal Mark Murphy, le CEO de Leadership IQIls sont de ce fait moins soumis au stress et plus satisfaits de leur quotidien professionnel.

Puisqu’ils sont moins stressés et davantage satisfaits de leurs tâches, ils sont aussi plusattachés à leur entreprise, qu’ils recommanderaient plus volontiers à leurs amis et clients.

Fuite de talents?

Etrangement, les maillons faibles du bureau ne sont pas du tout conscients de la manière dont leur patron les perçoit. Ils sont en général sûrs d’eux et de leurs résultats, toujours d’après l’enquête de Leadership IQ. En effet, les managers les félicitent plus souvent sur leur travail que les bons éléments.

Cela a pour résultat de décourager les meilleurs travailleurs, qui se sentent alors stressés et dévalorisés. Alors qu’au contraire, les ‘low performers’ sont encouragés à poursuivre dans leur voie…

Article publié le 02 avril 2013 – references.be – Magali Henrard

 

 

 

Retrouvez les soirées de recrutement Plug&Work by Moovijob : l’emploi des jeunes diplômés dans toute la France !