Quels seront les secteurs porteurs pour 2013 ?

Alors que l’économie française sera à la peine en 2013, quelques secteurs continueront à afficher une croissance de leur activité, selon les prévisions de LCL alors que d’autres seront en fort repli.

Les secteurs en croissance :
+2% : L’activité restera soutenue dans la construction aéronautique et spatiale. En témoigne l’annonce par Airbus d’un plan mondial de 3 000 recrutements ; ses livraisons d’avions en 2012 ont atteint un record et son carnet de commandes n’ayant jamais été aussi rempli, l’avionneur va devoir augmenter ses cadences. Les équipementiers bénéficieront de cette bonne orientation.
+1,5% : L’industrie électronique connaîtra une nouvelle année de croissance. Le secteur devrait pouvoir compter sur la demande dans le domaine de l’embarqué, notamment en provenance de la construction aéronautique. L’électronique en France est représentée par quelques grands groupes et une multitude de PME ; c’est parmi ces dernières que l’on trouve des entreprises positionnées sur des marché en plein développement comme le médical ou l’environnement.
+1.4% : Les pressions sur les marges des distributeurs et les budgets des ménages pénaliseront l’activité de la distribution généraliste et spécialisée. La croissance du e-commerce devrait se poursuivre et soutenir le secteur. Les distributeurs continueront de miser sur le multicanal avec l’installation de nouveaux drives près de leurs magasins.
+1% : Croissance faible, mais croissance tout de même pour l’industrie pharmaceutique. Les nouvelles mesures de restriction des dépenses de santé (développement des génériques, baisses de prix) pèseront sur l’activité des laboratoires. Le développement de l’automédication ne devrait pas se démentir ; néanmoins, ce marché ne représente qu’une très faible part des ventes de médicaments, comparée à celle des médicaments remboursables.

Les secteurs en plus fort repli :
-7% : Malgré la reprise de la réparation, l’activité ralentira dans la construction et la réparation navales civiles, du fait de l’achèvement de deux navires de croisière. Néanmoins, la commande d’un paquebot géant de type Oasis aux chantiers STX, ainsi que celles remportées par les petits chantiers redonnent de la visibilité à moyen terme en assurant plusieurs millions d’heures de travail. STX lancera d’ailleurs une campagne de recrutements de techniciens et d’ingénieurs à Lorient et à Saint Nazaire afin de renforcer ses équipes et en vue de prochaines commandes.
-6,5% : La conjoncture économique dégradée, la contraction du marché du crédit et la réduction des aides gouvernementales au logement entraînent un sévère retournement de cycle dans le bâtiment ; après une année 2012 déjà en repli de 1,2%, l’activité du secteur en 2013 devrait se contracter fortement, jusqu’à -3,5%. La baisse des mises en chantier aussi bien dans l’individuel que le collectif va se poursuivre et ne sera pas compensée par la résistance de l’activité d’entretien et d’amélioration, dans le même temps, les pertes d’emploi vont s’alourdir. Le secteur n’entrevoit un début de reprise qu’en 2014.
-6,4% : Les équipementiers automobiles vont continuer à souffrir de la baisse des ventes de véhicules neufs qui ne sera pas compensée par la bonne tenue du marché des pièces de rechange. Les grands équipementiers se restructurent et se renforce sur les marchés en croissance, à l’instar de Faurecia qui développe sa présence industrielle en Europe de l’Est et aura supprimé 3 000 emplois en 2012 et 2013 en Europe occidentale.
-5,4% : Après une baisse des ventes en 2012, le marché des poids lourds ne devrait pas connaître de rétablissement. Dans un environnement dégradé, les transporteurs font face à un repli du fret à transporter, ce qui ne les pousse pas à acheter de nouveaux matériels. Les ventes de camions pâtiront aussi de l’incertitude qui entoure la mise en place de l’éco-taxe ; les entreprises de transport attendent de connaître les modalités de cette taxe afin de déterminer dans quels types de véhicules ils doivent investir.
-4% : Les ventes de voitures et d’utilitaires légers vont continuer de baisser en Europe. Les constructeurs français, Renault et PSA, sont particulièrement affectés par le recul des ventes dans les pays d’Europe du Sud où leurs parts de marché sont importantes. En France, la contraction du pouvoir d’achat des ménages et la hausse continue du chômage ne laissent pas présager d’amélioration prochaine.

Publié le 21/01/2013 – Apec.fr – Par Didier Brou

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !