Quels sont les tests de recrutement les plus insolites ?

Pour s’assurer de sélectionner le candidat idéal, les recruteurs traquent la moindre imperfection dans le cadres de nouvelles épreuves de sélection. Jusqu’où sont-ils prêts à aller ?

1 – Vous faire faire une dictée

Pas besoin d’avoir fait Normale sup pour être un excellent élément mais c’est vrai que les employeurs sont de plus en plus sensibles aux candidats maîtrisant les subtilités de la langue française. Aussi, des cabinets de recrutement comme Menway, reconnaissent que depuis 6 mois, à la demande de certains clients, ils font passer une épreuve de « rédaction » au candidat. « Pendant 20 minutes, on leur demande de plancher sur un sujet d’actu. Ainsi, on apprécie leur sens critique, la construction de leur propos mais aussi leurs connaissances grammaticales, leur maitrise de l’orthographe et de la syntaxe », argumente Catherine Dervaux, directrice d’agence de spécialiste du recrutement. Donc, soignez le fond et la forme !

2 – Tester votre sens de l’éthique

Parce qu’ils vont évoluer dans les domaines de la certification et du contrôle, après le premier entretien d’embauche, les candidats à un poste chez SGS doivent passer un test visant à évaluer leur sens de l’éthique. « Nos collaborateurs doivent être intègres dans les comptes-rendus de visite de leurs clients. Grâce à une série de questions sur leur comportement au travail, on évalue leur prédisposition pour assurer les procédures de sécurité, leur aversion à la corruption, s’ils sont rigoureux, ponctuels… Bref, s’ils sont prêts à travailler dans des conditions réglementaires strictes », détaille Isabelle Bernard, directrice du développement RH de SGS, groupe spécialisé dans les domaines du service et de la sécurité des biens et des personnes.

3 – Certifier votre niveau en bureautique

Sur le même principe que le TOEFL pour l’anglais, le TOSA certifie un certain degré de maîtrise des outils bureautiques (Word, Excel, PowerPoint). La difficulté de ce test évolue en fonction de la qualité des réponses données. Plus vous répondez correctement, plus les questions se corsent et meilleur sera votre score. Chez Isograd, l’éditeur du TOSA, on considère qu’un candidat opérationnel affiche 400 points minimum sur 1000. Au dessus de 600, vous êtes dans la catégorie dite « avancée ». Actuellement, les entreprises (Société Générale, Deloitte, Microsoft…) font passer le TOSA pour tout type de recrutement, du poste d’assistante à celui de contrôleur de gestion.

4 – Vous « mettre en situation » dans un univers virtuel via un avatar

L’industrie du test s’adapte aux usages des candidats. « Les plus jeunes ne sont plus enclins à rester 30 minutes derrière un écran à cocher des cases d’un test de personnalité sous forme de QCM [questions à choix multiples, NDLR]. On doit donc d’adapter », résume Stéphane Amiot, directeur général France et Belgique de SHL. L’éditeur de tests vient donc de lancer un test en 3D dans le cadre duquel les candidats se glissent dans la peau d’un avatar pour répondre à des situations de travail. « On teste ainsi les 4-5 compétences comportementales clés pour le poste visé. Une note ou un code couleur indique ensuite au recruteur le niveau du candidat. A lui de décider de le recevoir en entretien pour affiner certains points ou pas », précise-t-il. Ce test est en fait proposé aux candidats dans la foulée du questionnaire CV mis en ligne sur le site de recrutement. Pas de risque de confusion avec un banal serious game ? « On explique clairement qu’il s’agit d’un test de recrutement qui débouche sur une évaluation du candidat. A diplôme égal, cela permet au recruteur d’avoir une première idée de la personnalité du candidat. De l’autre côté, l’environnement métier du jeu permet au candidat d’avoir un premier aperçu du contenu du poste », conclut-il.

Publié le 26/10/2012 – Cadremploi.fr – Par Sylvie Laidet 

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !