La formation : la clé pour une carrière réussie

Pensez-vous garder le même emploi jusqu’à la retraite ? Croyez-vous que vous resterez dans la même entreprise tout au long de votre carrière professionnelle ? On aurait posé ces questions à des salariés il y a vingt ou trente ans la réponse aurait été un : « oui » franc et massif. Mais, les temps changent, et les certitudes d’antan ne sont plus forcément celles d’aujourd’hui. Il fût un temps où la stabilité de l’emploi était une priorité et même une certitude pour la plupart des travailleurs. On se voyait ouvrier ou comptable ou professeur tout au long de sa vie sans trop s’inquiéter de l’avenir, pensant que rien ne pouvait venir déstabiliser notre choix. Mais cette époque de stabilité économique et sociale est plus ou moins révolue. Non seulement les aléas de l’économie peuvent impacter notre vie mais aussi les choix et les envies de cette génération ne sont pas les mêmes que les précédentes.

Stabilité économique

Depuis le premier choc pétrolier de 1974 l’économie est rentrée dans une spirale d’instabilité dont elle ne s’est jamais vraiment remise. Contrairement aux « trente glorieuses » que nos parents ou grands-parents ont pu connaître leur assurant prospérité et stabilité, notre époque est nettement plus marquée par l’insécurité de l’emploi. L’économie de marché misant plus sur la spéculation et les actions boursières a petit à petit déréglé le marché du travail. La mondialisation a elle aussi ouvert les portes à une concurrence effrénée à la recherche des coûts les plus bas de production pour rentabiliser au maximum les profits.

Il est moins coûteux de cueillir du lin dans le nord de la France, de l’envoyer au tissage en Chine pour le récupérer ensuite en écru prêt à teindre que de tout faire sur place ! Cela peut paraître incroyable mais c’est pourtant la réalité. Le transport, la main d’œuvre, les charges sociales sont tellement moins importantes en Extrême-Orient ou en Afrique qu’il est nettement plus rentable de faire le tour de la planète pour fabriquer un produit en volume plutôt que de le faire au niveau national. Ce mode de fonctionnement économique mène à la délocalisation des entreprises et à une réduction du tissu industriel du pays. Partant de ce constat il est pratiquement impossible pour un ouvrier de penser pouvoir garder sa place jusqu’à la retraite, d’où la nécessité de se former tout au long de sa carrière professionnelle.

La formation

D’un côté nous vivons dans un monde d’incertitude économique et de l’autre nous avons l’opportunité de nous former, de développer nos compétences plus que jamais. C’est un peu le paradoxe de notre époque : précarité pour certains, évolution de carrière et progression pour d’autres. Principalement, pour ceux qui prennent la balle au bond et qui décident de se former indépendamment des aides sociales ou des contraintes liées au travail.

Il existe différentes façons de se former. On peut prendre des cours en ligne pour apprendre l’anglais rapidement sur une plateforme comme Preply pour pouvoir ensuite établir des contacts et s’ouvrir de nouveaux horizons. Avec internet le monde devient petit, et si l’on maîtrise l’anglais on peut beaucoup plus facilement communiquer et trouver des opportunités de travail.

Mais l’erreur que l’on puisse commettre, c’est de penser que par formation en entend juste l’apprentissage ou le perfectionnement dans une activité donnée. On peut aussi se former en suivant par exemple une méthode de développement personnelle. Parfois le blocage n’est pas dans les acquis mais dans la tête. On peut se dévaloriser, ne pas avoir confiance en soi ou avoir un entourage qui nous est sournoisement ou ouvertement hostile ce qui nous empêche d’envisager une progression ou une évolution de carrière. Dès lors il est facile d’être à la merci d’un patron ou d’un revers économique. Il ne faut donc pas négliger l’aspect spirituel de l’individu.

En brisant les chaînes mentales qui peuvent nous empêcher d’avoir confiance en nous-mêmes, on peut prendre son destin en main et parer les mauvais coups de la vie. C’est en équilibrant l’acquisition de nouvelles compétences avec un bien-être mental que l’on peut s’épanouir au sein de cette société qui peut sembler par moments plutôt frénétique.

Mode de vie différent

Notre époque nous permet aussi, contrairement au passé, de pouvoir changer de vie plutôt facilement. Nous connaissons tous des gens dans notre entourage qui décident d’aller vivre à l’étranger ou qui changent complètement d’activité. Celui qui faisait des études de droit qui décide de devenir agriculteur ou celui qui vendait des appartements et qui devient acteur.

Le monde est devenu mobile, plutôt que figé. On déménage plus souvent, on divorce aussi plus souvent, les familles se recomposent, et ainsi notre esprit est plus préparé au changement. Il est moins désarçonné quand un bouleversement se produit. Le fait que l’on soit tous connecté avec internet, via les réseaux sociaux, nous permet d’échanger plus facilement, prendre d’autres points de vue et changer de direction sans que cela ait des répercussions dramatiques sur nos vies.

Dans un monde en constante mutation, se former non seulement dans notre travail mais aussi intellectuellement c’est la garantie de toujours avoir un emploi et surtout de pouvoir rebondir quel que soit la difficulté rencontrée.