6 conseils pour soigner votre e-réputation

Il y a quelques semaines, l’équipe Moovijob contribuait à la rubrique conseils pratiques du magazine Paperjam. Ce sujet peut intéresser un maximum de monde, alors j’ai décidé de le partager sur le blog pour vous !  

L’e-réputation, c’est l’image qu’internet véhicule de vous de manière digitale au travers de sites, de contenus, d’images, ou de vidéos. Que vous soyez actif ou non sur les réseaux et le web, une action de votre propre fait ou celle d’autrui, peut engendrer des remontées de résultats positifs ou négatifs à votre sujet. Voici donc de quoi soigner votre e-réputation.

1. Analyse de l’existant

Vous pouvez commencer par constater la qualité de votre présence en ligne en menant une recherche sur vos nom et prénom sur des moteurs de recherche comme Google, Bing ou encore Yahoo. Parcourez les 5 premières pages de résultats, en distinguant les sites que vous jugez pertinents de ceux avec lesquels vous ne souhaitez pas être lié. On vous rassure, nous avons tous un jour créé un profil sur un site sans s’apercevoir que ces données seraient ensuite rendues publiques.

2. Gestion des contenus

Une fois que vous avez pris conscience de votre e-réputation sur les moteurs de recherche, vous pouvez vous lancer dans l’amélioration, la mise à jour, voire la suppression du contenu souhaité. Vous pouvez le faire soit par vous-même, soit en vous adressant aux auteurs du contenu ou à la plateforme qui gère le site. Généralement, les sites négatifs que vous devrez tenter de modifier sont ceux qui divulguent des informations confidentielles, du contenu qui atteint votre dignité. Pensez à faire des veilles régulières, pour voir si le contenu a disparu des résultats de recherche ou si de nouveaux sont apparus entre temps.

3. Gestion de ses paramètres de confidentialité

Pour éviter d’avoir à gérer des mauvais contenus, ou du « bad buzz », l’idéal est de pas en générer ! Pour cela, il faut savoir gérer ses propres paramètres de confidentialité en particulier sur Facebook où il est important d’avoir la main sur les critères de diffusion de ses posts, des commentaires déposés sur sa page, des notifications… Attention, le « danger » peut parfois venir de vos amis, qui en vous identifiant sur une photo ou une vidéo, ne pensent pas à mal, mais pas sûr que vous ayez envie de partager vos photos de soirées arrosées avec vos collègues…Cela se gère aussi.

4. Storytelling

Après avoir fait le ménage sur les premiers résultats de recherche sur les métamoteurs, vous vous forgerez une opinion sur ce que vous souhaitez voir sur vous en ligne et ce qui relève du privé. Définir votre storytelling, c’est définir le contenu à venir que vous souhaitez voir sur le net. Les bonnes questions à vous poser pour y arriver sont les suivantes : Qu’est-ce que je veux que l’on retienne de moi ? Qui va le lire ? Comment cela peut m’être utile ? Libre à vous de publier à l’avenir du contenu pertinent sur les bons médias.

5. E-réputation professionnelle

Lorsque vous postulez, vous transmettez votre CV et des données personnelles à des sites d’emploi ou des recruteurs. Il est alors important d’avoir une cohérence avec vos informations professionnelles en ligne. En effet, aujourd’hui, les recruteurs attachent de plus en plus d’importance aux profils sur les réseaux sociaux. Ils aiment être rassurés. Pensez donc à mettre à jour vos données, car il n’y a rien de pire pour un recruteur que de tomber sur un CV dont la dernière mise à jour date de 5 ans. Laisser votre e-réputation à l’abandon, c’est aussi un signe de négligence, pensez-y !

6. Homonymes

Si vos premiers résultats se mêlent à ceux d’un homonyme, veillez à ce que l’on puisse vous distinguer afin que l’e-réputation de cet homonyme n’entache pas la vôtre. Un bon moyen de vous distinguer est de conserver des données sur vous à jour et de préciser sur votre CV par exemple, votre Url de profil LinkedIn, votre site ou votre blog personnel pour éviter toute confusion.