Recrutement Réseau Alumni – Comment ça marche ?

Ce jeudi 5 novembre, Moovijob s’est rendu à l’EM Strasbourg pour l’évènement #TruStrasbourg qui rassemblait 70 décideurs RH et spécialistes de la communication. Cet évènement qui se veut sans speakers et sans slides, propose plusieurs ateliers suivant des thèmes pour échanger et apprendre.

Au programme : attirer les talents en Alsace, les réseaux sociaux, community management, marque employeur, sourcing gratuit, génération Y et le networking. Nous avons pu assister à 3 ateliers et voici un feedback enrichissant sur la marque employeur et les moyens dont disposent aujourd’hui les RH pour recruter.

1ère session : Pourquoi, comment créer un réseau Alumni ? animé par Hélène Cascaro (Ad’Missions)

Les entreprises ont besoin de proximité avec les réseaux pour pouvoir recruter les talents directement à la source. Comment fonctionne ces réseaux, à quoi servent-ils et comment s’en rapprocher ?

Les réseaux d’Alumni sont connus pour être des communautés d’anciens diplômés d’école. Ces réseaux se retrouvent, échangent des informations pour trouver un job et permettent même de générer du business voire recruter ! Par exemple l’Escem Pro : ce sont près de 17 000 diplômés, répartis dans 4 200 entreprises et 112 pays qui se retrouvent lors de 200 événements par an. Les anciens ont la possibilité de poster des offres d’emploi ou de stage directement sur le forum en ligne afin de favoriser l’insertion professionnelle des petits nouveaux.

Si je n’ai pas fait d’école, je n’ai pas de réseau Alumni ?  NON !

Grâce à la montée en puissance des réseaux sociaux, toutes sortes d’organismes de formation ont des groupes de membres d’anciens plus ou moins institués. L’Université de Strasbourg a son propre réseau d’alumnis, riche de plus de 5 000 inscrits et avec pour base  202 000 diplômés. L’IUT Robert Schuman, qui en dépend, a lui-même son propre groupe LinkedIn où les professeurs nouent une relation privilégiée avec leurs anciens élèves et se retrouvent même à l’occasion des anniversaires de l’IUT.

Un réseau d’anciens est-ce forcément pour les grandes écoles ? NON !

Un réseaux d’anciens peut prendre plusieurs formes : les anciens salariés de tel service ou telle entreprise, ou les anciens d’un club professionnel. Les partenaires et les clients peuvent également être un vivier pour recruter.

Comment se rapprocher d’un réseau Alumni ?

Il existe aujourd’hui le métier assez récent de Campus Manager, le plus souvent rattaché au service RH qui est chargé d’entretenir les relations avec les écoles pour leur transmettre des offres de postes, communiquer sur l’entreprise, mettre en place des jeux-concours avec les étudiants et participer même aux salons et évènements proposés par ces écoles. Cette personne référente permet de créer une relation de proximité et de confiance.

Quel intérêt pour l’entreprise ? 

L’inconvénient pour les RH est le manque de temps et de retour sur investissement pour identifier tous ces réseaux, tisser un lien, diffuser des offres une à une, voire participer à la vie associative de ces groupes. D’où l’intérêt d’un Campus Manager à plein temps, mais networker avec des Almunis est chronophage et le retour sur investissement parfois incertain.

Cependant : « En afterwork Alumni on peut recruter à moindre coût si l’on tombe sur la bonne personne. On peut aussi obtenir et délivrer beaucoup d’informations sur sa marque employeur. » comme le souligne une intervenante RH en SSII à #TruStrasbourg.   

Les Alumnis : un vivier pour recruter ?

Le Campus Management fait aujourd’hui face à plusieurs obstacles :

  1. La multitude de réseaux et les contacts référents à cerner : doit-on contacter le service carrière ? Le réseau des anciens ? Le service Communication ? Chaque réseau Alumni n’est pas régi de la même manière, ce qui demande un travail de recherche rigoureux et beaucoup de curiosité.

2.  La multiplicité des fonctionnement des réseaux :

  • certaines écoles fonctionnent par conventions de partenariat qui mettent du temps à être validées, d’autres sont plus ouvertes et publient volontiers des informations sur les entreprises.
  • Les plateformes utilisées par les Alumnis varient énormément : des réseaux sociaux au blog ou au site carrière spécialisé. Pour diffuser une offre d’emploi, il faut parfois envoyer à la mano l’offre sur chaque réseau. Parfois l’accès est réservé aux diplômés et il faut donc prendre contact avec le web master… un vrai casse-tête !

   3.   Le manque de mobilisation de certains réseaux :

  • Certains réseaux ne sont pas très réactifs, malgré le nombre d’anciens qui en font partie. Il faut donc relancer les bons contacts et s’entretenir dans l’optique d’un partenariat bien établi pour amorcer la relation.
  • Tous les étudiants d’une même promotion n’ont pas le même type d’expérience et ne mettent pas nécessairement à jour leur CV. Il est difficile de conserver une base de données de renseignements à jour.

LinkedIn a tenté de répondre à cette question avec LinkedIn Edu. Les utilisateurs se voient proposer d’ajouter leur école dans leur profil en ligne. Cela permet de comptabiliser et de valoriser des stats chiffrées sur chaque réseau d’anciens par niveau d’expérience, dans quels secteurs et quels types de sociétés. On peut également retrouver facilement des étudiants avec leur année de promotion sur une page école LinkedIn.  

En résumé :

Les réseaux d’Alumnis sont un excellent vivier pour sourcer les talents de demain de manière ciblée et à moindres frais. D’autres réseaux comme les clients, partenaires voire même les salariés, peuvent également représenter une base à sourcer.

Le campus management reste une discipline chronophage, au même titre qu’il peut l’être pour un professeur de BTS qui essaye de placer ses élèves en entreprise ! C’est donc un gros travail d’échanges et de rencontres, avant d’être un moyen de recruter !

Entreprises et écoles doivent donc renforcer leurs liens, car il reste du chemin à parcourir en matière de mobilisation du côté des réseaux, notamment dans l’enseignement secondaire, mais aussi du côté des entreprises, pour maîtriser leur marque employeur.

Retrouvez notre prochain article sur la marque employeur ICI !