Dans quelles entreprises les étudiants aimeraient travailler ?

C’est le retour aux valeurs sûres de l’économie et de l’industrie. Le 27e palmarès des entreprises préférées des étudiants d’écoles de commerce et d’ingénieurs réalisé par TNS Sofres et publié en avant-première par Le Figaro fait la part belle à l’industrie.

Danone et LVMH sont en effet plébiscités par les étudiants d’écoles de commerce en «attractivité spontanée» (avec 13 % de réponses), là où en 2012 BNP Paribas faisait la course en tête. Chez les ingénieurs, l‘employeur préféré est cette année EDF (15 % de réponses), en lieu et place de Total en 2011.

Pour Éric Chauvet, directeur associé de TNS Sofres, «les élèves citent les entreprises auxquelles ils pensent spontanément pour aller y travailler. Ils favorisent donc souvent celles qui se montrent le plus actives sur les campus et dont ils ont une image positive». Résultat, cette année, «la finance et l’audit, qui avaient bien rebondi en 2011 parmi les étudiants d’écoles de commerce, connaissent des replis sensibles au profit des sociétés industrielles», ajoute-t-il. Danone occupait en effet la 7e place du classement l’année dernière, et LVMH la 12e.

La percée de Safran
Parmi les revenants dans le palmarès, Unilever ou EADS (15e) tirent profit de leurs investissements auprès des écoles (forums…). Quant à Apple (12e), «la marque bénéficie de son image innovante, alors même que les recrutements de jeunes diplômés ne sont pas très importants en France», précise l’associé de TNS Sofres.

À l’inverse, plusieurs entreprises disparaissent cette année des radars étudiants des business schools et ne sont plus citées comme des «entreprises attractives», à l’instar de Veolia, Canal +, McKinsey ou encore HSBC. Chez les ingénieurs, le palmarès des entreprises les plus attractives marque le retour en force des grandes entreprises de l’aéronautique puisqu’en dehors de l’énergéticien EDF, Thales, EADS et Airbus «trustent» les toutes premières places du classement. «Avec sa 4e place, Safran recueille clairement les fruits de sa politique d’image de recruteur en France, notamment de femmes ingénieurs», précise encore Éric Chauvet. Tout comme pour les écoles de commerce, le classement ingénieurs 2012 sanctionne quelques grands noms de l’économie. Ainsi dans les banques, BNP Paribas est le seul survivant du secteur parmi les élèves ingénieurs. Et dans le conseil, Accenture et Capgemini ont quitté cette année le top 15.

Les constructeurs automobiles, gros pourvoyeurs d’emplois pour les ingénieurs, mais qui font les frais du ralentissement du marché mondial des immatriculations, connaissent des situations diverses. Si PSA disparaît du top 15 des entreprises les plus attractives, Renault fait au contraire son entrée (14e). Parmi les autres entrées, Éric Chauvet pointe celles d’Alstom (9e) et de L’Oréal (14e). «L’Oréal n’avait pas l’habitude d’être cité par les ingénieurs mais se montre actif sur les campus et en retire les bénéfices», relève-t-il.

Article publié le 15/10/2012 – Lefigaro.fr – Par Christine Lagoutte

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !