L’entrepreunariat en Belgique : comment se lancer ?

En Belgique, de plus en plus d’employés pensent à créer leur propre entreprise. En effet, Bruxelles est un réel incubateur hébergeant pas moins de 25 % des start-ups belges. D’ailleurs, d’après le Service Public Fédéral des Finances, on comptabilise plus d’un million d’indépendants en 2017, avec pour secteurs phares l’industrie, le commerce de détail, les services et la construction. Si vous aussi vous souhaitez sauter le pas et créer votre entreprise, voici quelques bonnes raisons de prendre votre envol et les démarches à suivre pour mener à bien votre projet !

 

Pourquoi se lancer ?

Le mode de vie d’un employé diffère largement de celui d’un indépendant. Le statut d’entrepreneur, outre les longues heures de travail par lesquelles vous devrez passer pour lancer votre projet, présente un grand nombre d’avantages. En effet, en tant qu’entrepreneur, vous êtes votre propre chef et décidez de la stratégie à adopter, la culture d’entreprise et choisissez vos employés. Vous organisez votre agenda et êtes en mesure d’adapter vos horaires selon vos désirs. C’est donc l’occasion rêvée de reprendre le contrôle de votre carrière et de développer de nouvelles compétences par la même occasion.

Comment développer son projet ?

Tout projet commence par une idée. Sa réalisation, cependant, implique quelques décisions concrètes à prendre, à commencer par le business model et la forme juridique de l’entreprise. Il faudra aussi se renseigner sur les modalités du statut d’indépendant en Belgique. Mais pas de panique : il est possible d’obtenir de l’aide et des conseils à chacune de ces étapes. En effet, plusieurs organismes proposent des formations à l’intention des starters afin de les aider à se lancer. On pense ici notamment à l’IFAPME ou encore Solvay Entrepreneurs. En plus de vous apprendre les bases, ces formations vous permettront de rencontrer d’autres entrepreneurs et d’apprendre de leur expérience.

Pensez également au networking : il existe nombre de réseaux d’entrepreneurs comme par exemple startups.be afin de rencontrer et d’échanger avec des personnes dans la même situation que vous, ou ayant déjà monté leur boîte avec succès. Mais ne vous limitez pas à ces réseaux, pensez aussi aux associations professionnelles dans votre secteur d’activité, région ou encore au niveau européen, par exemple Digitalwallonia.be pour les entreprises technologiques en Wallonie, ou encore B-hive.eu pour les startups Fintech en Europe.

Quelles sont les options de financement ?

La partie financement est probablement la plus complexe et la plus effrayante. Pourtant, il existe beaucoup d’options en Belgique qui vous permettront de vous lancer. Voici donc un aperçu des différentes options de financement :

  • Via votre épargne

Il s’agit de l’option la plus sûre, car elle vous permet de lancer votre activité sans aucunes dettes. Cependant, deux points négatifs sont à retenir : cette option s’adresse aux personnes ayant déjà de l’argent en banque. De plus, injecter toute son épargne dans une entreprise peut s’avérer dangereux, car en cas de pépin, vous n’aurez plus de réserves.

  • Business angels et venture capitals

Le concept est simple : il s’agit de trouver un investisseur expérimenté prêt à injecter de l’argent dans votre projet et à vous guider dans sa réalisation. Le business angel vous permet notamment d’élargir votre réseau et renforce votre crédibilité. En ce qui concerne les venture capitals, il s’agit du même principe, sauf que vos investisseurs sont de petites entreprises souhaitant se développer rapidement. Cette option est cependant plus adaptée pour les projets déjà prouvés et enregistrant déjà des profits.

  • Passer par un banque

Ici, vous avez deux possibilités : d’une part, opter pour un programme de financement relié à une banque. En effet, les institutions financières proposent de plus en plus d’options de financement dans le but de soutenir entrepreneuriat. Cependant, il faudra convaincre la banque de votre idée, qui préfère souvent prêter de l’argent à des entreprises déjà établies.

Vous avez sinon la possibilité de passer par un prêt personnel : il s’agit d’un prêt non-affecté pour lequel vous demandez la somme de votre choix pour vous lancer, sans avoir à justifier vos dépenses. Prenez cependant garde à bien comparer les prêts personnels au préalable, car les taux d’intérêts diffèrent grandement d’une banque à une autre.

  • Crowdfunding ou Crowd Equity

La finance est elle aussi passée au digital. Et en 2017, ne pas considérer l’option du financement collaboratif serait bien mal-avisé. Il est ici possible de passer par deux types principaux de plateformes : d’une part le Crowdfunding, qui permet de lever des fonds tout en testant le concept auprès du public et d’autre part, le Crowd Equity, plus axé entrepreneuriat, qui permet de trouver des investisseurs, mais dans certains cas en échange de parts dans l’entreprise. A vous de voir quelle est la meilleure alternative pour vous.

  • Subsides et primes

Informez-vous pour savoir si vous pouvez bénéficier de subsides ou de primes via votre région. Rendez-vous sur les sites innoviris.be pour les subsides à Bruxelles, vlaio.be pour les aides en Flandre et aidesdirectes.be pour ceux en Wallonie.

En résumé

La Belgique représente un terrain favorable à la création d’entreprise. En outre de sa place de choix au carrefour de l’Union Européenne, les réseaux d’entrepreneurs et les options de financement ne manquent pas, ce qui explique l’augmentation constante du nombre d’entreprises créées d’une année à l’autre. En effet, l’année dernière, ce chiffre a augmenté de 8,2% ! Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer ? Et pourquoi pas en Belgique ?

Si vous optez plutôt pour la solution du salariat, découvrez nos offres d’emploi en Belgique sur www.moovijob.com !