Nancy vs. Strasbourg : Round 5 – L’environnement


5e épisode de notre match opposant Nancy à Strasbourg.
 
Aujourd’hui, nous abordons un sujet d’avenir pour lequel Nancy et Strasbourg ont chacune engagé des stratégies d’envergure.
 
Pour relire notre 4e article  » Nancy vs. Strasbourg : Round 4 – La Culture » , c’est par ici !
 
L’ENVIRONNEMENT A NANCY
 
La Ville de Nancy poursuit une politique d’action publique durable en matière d’aménagement et déplacements urbains, de commandes publiques, de gestion de l’énergie, des déchets, de valorisation des espaces naturels, du patrimoine culturel, de sensibilisation des habitants, de concertation…
 
Le Plan climat de la ville de Nancy
 
Ce texte expose la stratégie de la Ville pour lutter contre le changement climatique.
Il dresse la liste des engagements pris et des actions engagées, en lien étroit avec le Grand Nancy, pour atteindre deux objectifs prioritaires :
 
réduire les émissions de gaz à effet de serre sur le périmètre de la ville et adapter le territoire aux évolutions climatiques déjà annoncées.
 
Surtout, il incite les Nancéiens et l’ensemble des acteurs locaux à s’engager, dans leur activités quotidiennes, à réduire leurs consommations d’énergie et à devenir des « Clim’Acteurs ».
 
Entre 1990 et 2010, les émissions de CO2 des bâtiments municipaux de Nancy ont été réduites de 40 %, les consommations énergétiques de chauffage de 28%.
 
Nancy, ville test dans le cadre de référence de la ville européenne
 
Développé par la France à la demande des ministres européens en charge du développement urbain, le Cadre de Référence de la Ville Européenne Durable, soutenu par la Commission européenne doit s’inscrire en 2012 dans le panel des nouveaux outils de gestion des villes.
 
En 2011, la Ville de Nancy (avec le Grand-Nancy) a été retenue parmi 66 villes européennes pour tester cet outil avant son lancement officiel courant 2012.
 
L’objectif : offrir un outil permettant de mesurer le caractère durable des projets et aider les acteurs du développement et de la gestion des villes à améliorer le dialogue et les actions.
 
 
L’ENVIRONNEMENT A STRASBOURG
 
La ville de Strasbourg et la CUS ont déjà initié des projets qui vont dans le bon sens. En voici quelques exemples :
– Introduction du bio dans les cantines scolaires depuis 2009.
Résultat : l’impact carbone des 7 000 repas servis quotidiennement aux scolaires baisse de 3% chaque année et Strasbourg remporte le trophée national de la commande publique en 2009
 
– Conversion des gros réseaux de chaleur à la biomasse. Résultat : en 2013, les foyers de l’Esplanade vont passer des énergies fossiles au bois et les émissions de gaz à effet de serre vont diminuer de 33 000 tonnes de CO2 chaque année
 
– Développement d’une politique cyclable volontariste. Résultat : la CUS est ainsi devenue en 2009 la première agglomération cyclable de France. Des autoroutes à vélo, des arceaux supplémentaires et des nouveaux services devaient encore accentuer sa place
 
– Modernisation des installations de traitement de déchets et d’eau. Résultat : 4 500 logements sociaux de la Meinau et du Neuhof desservis par cette chaleur récupérée
 
– Lancement de l’opération « zéro pesticide ». Résultat : l’usage de produits phytosanitaires a baissé de 97% entre 2007 et 2010
– Des opérations pilotes pour aménager l’espace public avec davantage d’environnement. Résultat : moins d’effet de serre, plus de biodiversité et plus de modes doux
 
– Réhabilitation thermique des groupes scolaires. Résultat : une facture de chauffage divisée par 4 ou 5, des émissions de gaz à effet de serre également et un meilleur confort pour tous les occupants.
 
Le Plan climat énergie à Strasbourg
 
Strasbourg veut baisser les émissions de gaz à effet de serre et les consommations d’énergie à sa propre échelle. Des réponses locales à un problème global.
 
15 entreprises se lancent dans l’écologie industrielle grâce au soutien du Port Autonome et de la CUS
 
En vue de renforcer la compétitivité de la zone portuaire strasbourgeoise et de ses entreprises, une démarche d’écologie industrielle est initiée par le Port autonome de Strasbourg (PAS) et la Communauté urbaine de Strasbourg (CUS).
 
Ce 24 septembre, 15 entreprises portuaires, productrices de matières et/ou consommatrices d’énergie, se sont retrouvées pour lancer cette démarche pragmatique, inédite en Alsace, et développer ensemble une culture commune, exprimer leurs attentes, identifier quelques premières pistes de travail…
 
C’est une véritable approche globale qui sera proposée, reposant sur l’analyse des flux de matières et d’énergies existants et à venir, en vue d’améliorer la performance énergétique à l’échelle d’un territoire industriel, celui-ci étant appréhendé comme un écosystème fait d’acteurs complémentaires et interdépendants.
 
Sources ; nancy.fr et strasbourg.eu
 
Retrouvez toutes les offres d’emploi et de formations en Alsace et en Lorraine sur www.moovijob.com !