Votre apparence physique influence-t-elle votre carrière ?

Faut-il être beau/belle pour réussir ? C’est la question à laquelle nous nous sommes intéressés cette semaine. Si les mouvements anti-discriminations se font de plus en plus nombreux, certains psychologues, sociologues ou encore économistes assurent encore que l’apparence physique joue un rôle déterminant dans la réussite professionnelle. Décryptage. 👇

L’influence de l’apparence physique au travail : un sujet controversé mais une problématique réelle 

En 2020, juger de la beauté d’une personne revient à s’aventurer sur un terrain risqué. Les mouvements d’acceptation de son corps et de lutte contre la discrimination sont maintenant nombreux et bien ancrés dans le paysage digital. Principalement venus des Etats-Unis, on les retrouve généralement sur les blogs et les réseaux sociaux portant le nom de bodypositive (l’acceptation de son corps), selflove (l’amour-propre) ou encore anti fatshaming (la grossophobie) et ils ont pour but d’encourager chaque personne a être fière de son corps, peu importe s’il est conforme ou non aux standards de beauté qui nous sont imposés.

Pourtant, la réalité du monde du travail paraît encore bien éloignée d’un idéal où chacun bénéficierait des mêmes chances. En effet, selon le récent ouvrage intitulé « Psychologie des beaux et des moches », réalisé sous la direction de Jean-François Marmion, et qui vient de paraître aux Éditions Sciences Humaines, l’apparence physique jouerait définitivement un rôle crucial à de nombreux niveaux de la sphère personnelle et professionnelle. Ainsi, selon les études des différents chercheurs et universitaires, un recruteur serait davantage enclin à embaucher une personne « belle » pour un job en contact avec la clientèle qu’une personne possédant un physique considéré comme moins attirant. Pourquoi ? Une théorie propose l’idée que les recruteurs seraient plus enclins à embaucher une personne séduisante, dans l’idée que le ou la candidat.e pourrait à son tour plus facilement « séduire » les clients.

Qui sont les plus discriminés ? 

Si la France et la Belgique font figure d’exception dans le monde en reconnaissant l’apparence physique comme un motif de discrimination dans le recrutement depuis 2001 (en France, la mention apparaît dans l’article L1132-1 du code du travail), l’idée ne fait pas encore l’unanimité aux yeux des Français. Selon un sondage effectué pour Le Défenseur des droits et sorti en 2016, il serait acceptable de refuser d’embaucher un candidat à cause de son poids ou encore par manque d’attractivité physique pour la moitié des Français. Encore plus étonnant, pour 6 Français sur 10, un maquillage mal exécuté ou trop prononcé peut justifier un refus d’embauche et, pour 4 Français sur 10, la taille est également un motif acceptable de discrimination, en particulier pour les hommes. En effet, si les femmes sont, d’une manière générale, plus sujettes aux discriminations professionnelles pour divers motifs (style vestimentaire, talons, bijoux, vernis…), les hommes de petite taille seraient également moins bien respectés (et payés) que les hommes grands. En s’intéressant de plus près à ces chiffres, force est de constater que les personnes qui correspondent aux critères de beauté sont véritablement avantagées et que ce phénomène semble (malheureusement) avoir été accepté par la plupart d’entre nous. Alors, comment remédier à cette discrimination ?

Se montrer ou ne pas se montrer ? Telle est la question. 

Les CV des demandeurs d’emploi européens, et particulièrement des Français, ont un point commun qui les différencie de leurs voisins d’Outre-Atlantique : la photo. Si de plus en plus de pays du monde ont pris l’habitude de rédiger des candidatures sans photo pour lutter contre les discriminations à l’embauche, en mettant davantage l’accent sur les compétences et les réussites professionnelles, en France, au contraire, la photo reste d’usage même si elle n’est pas obligatoire. Bien que devenue un frein à la lutte contre la discrimination, la photo sur un CV garde néanmoins un avantage : elle permet d’empêcher certains recruteurs, un peu trop curieux, de chercher les profils des candidats sur les réseaux sociaux et de tomber sur des photos personnelles parfois peu flatteuses. Car, en effet, dans un monde où l’apparence prime, les réseaux sociaux en sont les vrais rois et permettent à chacun, beaux comme « moins beaux », de se mettre en avant aux yeux de tous, y compris des recruteurs. Dans ce cas de figure, retirer la photo de son CV dans le but de lutter contre le jugement basé sur l’apparence physique perd son sens. Partant de ce constat, il est donc essentiel de veiller à gérer son identité digitale correctement si l’on choisit de garder ses photos privées.

Comment être beau pour réussir ?

Si les psychologues et sociologues s’accordent sur certains critères de beauté universels comme la minceur, une grande taille ou encore la symétrie du visage, on observe petit à petit une remise en question de la perception de la beauté habituelle. Si les statistiques citées précédemment peuvent faire peur à certaines personnes qui se reconnaîtraient dans les critères cités comme « moins beaux », il n’y a pas d’inquiétudes à avoir. Les mentalités évoluent et tout le monde a un rôle à jouer dans la prise de conscience collective. Pour cela, nous ne vous recommanderons pas de passer sous le bistouri pour augmenter vos chances d’obtenir un emploi. Bien au contraire, votre vraie beauté réside dans votre différence ! Alors n’hésitez pas à faire de vos « défauts », une réelle force qui peut vous pousser à avoir confiance en vous dans votre vie privée et professionnelle. La confiance en soi, le sourire, la posture sont autant d’éléments qui rendent beaux et qui permettent (entre autres) de réussir sa carrière haut la main ! 😉

 

Prêt.e à relever de nouveaux challenges ? Trouvez dès maintenant votre futur job au Luxembourg !

 

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.