8 questions sur le bilan de compétences ont été posées à Julie CROMBECQ

Si vous consultez cet article, c’est que vous avez déjà envisagé de faire un bilan de compétences. Aujourd’hui, on vous propose un article riche en informations avec l’interview en 8 questions de Julie CROMBECQ, Directrice Projets Gestion de Carrières chez SEMAPHORES par MY-ROCKET.

 

  1. Bonjour Julie, quel est l’intérêt d’un bilan de compétences ?

J.C. : Le bilan de compétences est une action de formation réglementée qui permet à tout actif de prendre le temps de réfléchir et construire un projet professionnel. Mené par un consultant dédié, il amène le bénéficiaire à :

  • Analyser ses compétences personnelles et professionnelles, ses aptitudes et ses motivations ;
  • Définir son projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation ;
  • Utiliser ses atouts comme un instrument de négociation pour un emploi, une formation ou une évolution de carrière.

C’est un moment privilégié consacré à la réflexion sur son parcours professionnel et à sa projection dans l’avenir sur du court, moyen et long terme. De plus, le bilan de compétences peut être réalisé en dehors du temps de travail et en toute confidentialité.

 

  1. Quelles en sont les conditions d’accès ?

J.C. : Tout actif possédant une expérience professionnelle peut à ce jour prétendre à un bilan de compétences. C’est une prestation accessible à tous, la seule condition d’accès hormis la maîtrise de la langue française, est d’avoir eu une expérience professionnelle.

 

  1. A qui s’adresser ?

J.C. : Les interlocuteurs potentiels sont nombreux, habituellement, les bénéficiaires s’adressent au financeur de la prestation. Toutefois, si vous êtes intéressé.e par la démarche, vous pouvez prendre contact avec :

  • Votre service RH
  • Votre opacif de référence (fongecif, anfh, afdas, uniformation….)
  • Votre conseiller en évolution professionnelle
  • Votre conseiller pôle emploi, si vous êtes demandeur d’emploi
  • Vous pouvez également prendre contact directement avec un cabinet spécialisé dans la démarche qui vous proposera un rendez-vous, gratuit et sans engagement, pour vous présenter la prestation.

 

  1. Comment financer un bilan de compétences ?

J.C. : Le bilan de compétences est une action de formation, de nombreux financements sont donc envisageables et dépendants de votre statut. Il existe plusieurs cas de figure :

  • Si vous êtes fonctionnaire : vous pouvez solliciter un financement auprès de votre employeur ou bientôt par le biais de votre cpf – à ce jour, le bilan de compétences ne peut être réalisé que sur votre temps de travail et donc avec l’accord de votre employeur.
  • Si vous êtes salarié de droit privé : le bilan pourra être réalisé sur ou en dehors de votre temps de travail – la réalisation du bilan sur le temps de travail nécessite l’autorisation de votre employeur :
  • Votre CPF : 24 heures sont nécessaires pour réaliser votre bilan de compétences.
  • Le congé individuel de bilan de compétences : le bilan est financé par votre opacif de référence – quelques conditions toutefois sont à remplir pour solliciter le financement.

Si vous êtes salarié en CDI il faut :

  • pouvoir justifier d’une activité salariée d’au moins 5 ans, consécutifs ou non, quelle qu’ait été la nature des contrats de travail successifs, dont 12 mois dans l’entreprise dans laquelle vous travaillez actuellement.
  • ne pas avoir déjà bénéficié d’un congé bilan de compétences dans cette même entreprise au cours des 5 dernières années.

Si vous êtes titulaire d’un CDD vous devez :

  • pouvoir justifier d’une activité salariée de 24 mois, consécutifs ou non, quelle qu’ait été la nature des contrats successifs au cours des cinq dernières années, dont 4 mois consécutifs ou non en CDD au cours des douze derniers mois.

Si vous êtes demandeur d’emploi :

  • Vous pourrez mobiliser un financement par le biais du Congé individuel du bilan de compétences si vous remplissez les conditions citées ci-dessus.
  • Vous pourrez mobiliser votre cpf sous réserve de l’accord de votre conseiller pôle emploi.
  • Vous pourrez, selon votre situation et votre bassin d’emploi, obtenir le financement de pôle emploi.

Si vous êtes un indépendant :

  • Vous pouvez vous rapprocher de votre opca, certains comme le fifpl peuvent participer pour partie à la prestation
  • Selon votre statut, la chambre des métiers peut également financer une partie du bilan de compétences

A défaut de pouvoir mobiliser l’un des financements cités ci-dessus, le financement sur fonds propres reste envisageable.

 

  1. Quel est le meilleur moment pour en entreprendre un ?

J.C. : Dès lors que vous vous interrogez sur votre avenir professionnel : anticipez et entreprenez le bilan de compétences ! Les motivations sont très variables selon les bénéficiaires :

  • Je m’interroge sur mon emploi, car il devient obsolète, il ne me convient plus, j’ai le sentiment de ne plus évoluer.
  • Je m’interroge sur la pérennité de mon entreprise.
  • J’envisage la création d’une entreprise, mais je me pose des questions sur mon potentiel d’entrepreneur.
  • J’envisage une reconversion professionnelle.
  • Je souhaite évoluer, mais mon employeur refuse toutes mes demandes de mobilités.
  • Je souffre d’un mal-être au travail.
  • Je rencontre des difficultés de santé qui m’empêchent d’exercer mon emploi.

Ce que l’on constate à l’issue de la prestation, et ce, quel que soit le projet identifié est :

  • Une meilleure connaissance de soi, de ses compétences, de ses motivations et de ses priorités.
  • L’appropriation ou réappropriation de son parcours et objectifs professionnels.
  • La mise en relief de ses atouts et de son potentiel sur le marché de l’emploi.
  • La construction d’un projet réaliste et réalisable.

 

  1. Quel est le meilleur moment pour en entreprendre un ?

J.C. : Ces informations sont encadrées par le code du travail. Généralement, le bilan de compétences est réalisé par un seul et unique consultant qui vous accompagne tout au long de la démarche. Parfois, certains organismes peuvent proposer des séances de travail collectif ou l’intervention d’un autre consultant pouvant apporter une expertise complémentaire en lien avec votre besoin.

Ainsi, un bilan de compétences se déroule en trois phases définies par le Code du Travail (art. R.6322-35) :

  • Une phase préliminaire, dont le rôle est de vous informer des conditions de déroulement du bilan, des méthodes, des techniques qui vous sont proposées, d’analyser la nature de vos besoins et de vous permettre de confirmer vos motivations.
  • Une phase d’investigation, qui vous permet d’analyser et identifier vos besoins, et de déterminer vos possibilités d’évolution professionnelle.
  • Une phase de conclusion, au cours de laquelle les résultats détaillés vous sont présentés. Un document de synthèse vous est remis ; vous en êtes le seul destinataire.

En général, les organismes prestataires vous proposent de conduire avec vous le bilan de compétences, sur quelques séquences de 1 à 4 heures pendant 2 à 4 mois. Les heures de face-à-face pédagogiques doivent représenter au moins 16 heures de la durée totale du bilan (variable selon les financeurs). Le bilan ne peut se concevoir que si vous êtes actif et volontaire dans cette démarche. Les personnes chargées du bilan sont tenues au secret professionnel.

 

  1. Avec qui ?

J.C. : Le choix de l’organisme et surtout, du consultant, conditionne le bon déroulement de la prestation. Bien que tous les organismes soient tenus de respecter le déroulement méthodologique, il est ainsi intéressant et conseillé de rencontrer différents organismes, de les interroger sur les outils utilisés pour la réalisation du bilan, de questionner le consultant sur sa formation, son expérience et sa connaissance de votre métier, de votre secteur d’activité et surtout du bassin d’emploi. Selon votre situation, vous pourriez envisager d’être accompagné par un psychologue du travail ou un coach.

 

  1. Dois-je en informer mon employeur ?

J.C. : Le bilan de compétences est une prestation pouvant se réaliser sans l’accord de votre employeur. Toutefois, selon votre statut, le financement sollicité ou votre souhait de réaliser le bilan de compétences sur votre temps de travail, il sera alors nécessaire d’en informer votre employeur.

 

Article écrit par MY-ROCKET, première application dédiée à l’envoi de candidatures spontanées. Et si vous postuliez sans offre ?