HEC, Essec, EMLyon… comment décrocher un bon diplôme par des voies détournées


Pas le courage d’affronter les prépas ? Il existe heureusement d’autres solutions pour inscrire sur son CV le nom d’une grande école si prisée des recruteurs.
 
Bac S, mention très bien avec plus de 17 de moyenne. Manifestement, Loïc Richier est un garçon brillant.
 
Pourtant, au lieu de choisir une prépa, en vue d’une grande école, ce jeune Lorrain a choisi… la fac de Nancy.
 
Cela ne l’a pourtant pas empêché d’intégrer Polytechnique à la suite de sa licence de maths en 2010. Ni même, excusez du peu, de devenir major de sa promo. Tout un symbole. Eh oui, les classes préparatoires ne sont plus un passage obligé pour intégrer les établissements les plus prestigieux de notre enseignement ­supérieur.
 
Soucieux de diversifier leur recrutement, tous réservent en effet des places en première ou deuxiè­me année à des jeunes ­venus d’autres horizons, à commencer par l’université.
 
Naturellement, plus l’école est réputée, plus la sélection sera rude, mais moins drastique toutefois que pour les concours traditionnels.
 
Une bonne nouvelle donc pour ceux qui, même admis en math sup ou prépa HEC, hésitent, craignant de ne pas supporter le climat de compétition qui y règne et la charge de travail exigée.
 
D’autant que, hormis certains recruteurs particulièrement tatillons, comme ceux des ­cabinets de conseil en stratégie ou des banques d’affaires, la majorité ne fera pas la dif­férence entre un diplômé de grande école issu d’une classe prépa et celui passé par la bande.
 
«Seul le nom de l’établissement nous importe», explique ainsi Jean-Marc Mickeler, associé du cabinet Deloitte. Chez Procter & Gamble, on assure même être assez friand des jeunes ayant choisi ce type de parcours : «Ils ont fait preuve de persévérance et démontré une envie de réussir», note Lisa Weber, ­responsable RH.
 
Envie de tenter votre chance ? Pas ­facile de s’y retrouver, tant les procédures diffèrent selon les cursus et le niveau d’entrée.
 
Les ­tableaux ci-contre devraient vous permettre d’y voir plus clair. Pour résumer, sachez que le gros de la sélection s’opère par des épreuves communes à plusieurs établissements.
 
Ainsi, pour les écoles de ­gestion, le CAD (concours ­d’admission directe) débouchant sur HEC et l’ESCP Europe est le plus coté. Il est suivi de Tremplin, qui offre des places pour cinq grandes écoles de province, Kedge (Bordeaux, Marseille), ICN (Nancy), Neoma (Rouen, Reims). Un cran au-dessous, Passerelle réunit douze bonnes ESC.
 
Si ces différentes voies de traverse ­offrent de réelles chances, la concurrence entre les candidats sera évidemment sévère et certains profils auront plus d’avantages que d’autres.
 
Par exemple, ceux qui ont suivi des filières universitaires économiques pour les écoles de ­commerce. En écoles d’ingénieurs, les diplômés de filières courtes comme les DUT auront plus de chances que les BTS.
 
Vous n’avez pas réussi et votre diplôme actuel ne vous satisfait pas ? Pas de panique. Il reste encore une solution pour inscrire sur son CV le nom d’une grande école et bénéficier au passage de son réseau d’anciens : postuler à l’un de ses mastères.
 
Il s’agit de formations d’un an ultra­spécialisées (finance, marketing, audit…), accessibles à bac + 5 après une sélection, certes drastique, sur dossier.
 
Il en existe aujourd’hui plus de 400 et la filière connaît un succès grandissant.
 
Mais attention : vu le prix astronomique de la scolarité (de 5.000 à plus de 20.000 euros), mieux vaut ne pas se tromper et viser uniquement ceux délivrés par les meilleurs instituts.
 
Source ; capital.fr
 
Retrouvez toutes nos offres d’emploi et de formations sur www.moovijob.com !
 
Infos, actus, bons plans : rejoignez-nous sur Facebook

Facebook Comments

Website Comments

  1. Wozninski

    A mon avis il n’y a qu’en France que les diplomes ont une réelle valeur sur le marché de l’emploi… j’ai fait la plus prestigieuse ecole d’ingénieur de Belgique et ca n’a jamais intéressé personne… 🙂

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.