Les étudiants de l’Essec inventent le bureau de demain


Quelque 40% des futurs cadres choisissent leur employeur en fonction de l’espace de travail d’’après une étude réalisée par la chaire immobilier de l’école de commerce. Et la plupart ne veulent pas d’open space.
 
Vous êtes plus «open-space» ou télé-travail? Les étudiants de l’ESSEC ont dessiné leur bureau de demain. Et selon l’ enquête «Mon Bureau de Demain» réalisée auprès de quelque 500 étudiants de la prestigieuse école de commerce de Cergy-Pontoise entre mai et juin 2013, le bureau classique ne correspond plus aux attentes des futurs cadres.
 
Dans cette étude que vient de dévoiler la Chaire Immobilier et Développement durable de l’Essec, sous la direction de Ingrid Nappi -Choullet, le modèle de la start up californienne est privilégié de loin par les futurs diplômés, avec ses espace de détente et de convivialité. En deuxième position arrive le style «bureau de consultant» sans espace personnel affecté (33 %). Plus bohèmes, un quart d’entre eux rêvent de travailler dans un atelier d’artiste.
 
Une étude qui doit être regardé de près par les entreprises, car pour 40 % de ces étudiants, l’espace de travail est déterminant dans le choix du futur employeur.
 
Or, il faut l’admettre: l’open space, considéré comme la panacée des années 90, ne séduit plus .C’est ainsi que si 73 % des étudiants privilégient un espace de travail partagé – ils sont seulement 27 % à souhaiter un bureau individuel fermé – c’est plutôt le modèle du bureau fermé partagé qui remporte les suffrages, avec 50 % des personnes interrogés. En réalité, l’open space ne trouve grâce qu’auprès d’un quart des étudiants.
 
Un bureau dans Paris intra-muros plébiscité
 
Mais au-delà, la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle est de plus en plus mince dans l’esprit de ces étudiants. Pour résumer, le travail «c’est partout». En dehors du bureau, ces étudiants envisagent de travailler d’abord chez eux. Le télétravail est ainsi prôné par 55 % d’entre eux. Pour 54 % d’entre eux, des espaces de travail partagé – co-working – en dehors du lieu habituel de travail, mais aussi les transports – 35 % – voire dans les lieux de restaurations (31 %).
 
Mais pour ces étudiants, pas question de perdre des heures dans les transports – même si la réalité et ses galères risque de les rattraper..-. La proximité du domicile est un critère privilégié par 35 % d’entre eux, tandis que la qualité environnementale de l’immeuble est prise en compte dans 19 % des cas.
 
Enfin, pour ces élèves de l’Essec, le tropisme parisien est prédominant. Ils sont ainsi 58 % à considérer que la localisation idéale de leur bureau serait Paris intra-muros. En deuxième position arrive l’étranger – 24 % des étudiants. Ces futurs cols blancs ne sont que 9 % à souhaiter s’installer en province et ils ne sont plus que 7 % à souhaiter un centre d’affaires en périphérie. De Cergy Pontoise, les tours de la Défense ne font pas rêver…
 
Source ; etudiant.lefigaro.fr
 
Venez rencontrer votre futur employeur lors du Moovijob Tour 2013 ! Toutes les infos sur www.moovijob.com !
 
Retrouvez toutes les offres d’emploi sur www.moovijob.com !