Aides-soignants : métiers, concours et formation

Le métier

L’aide-soignant exerce son activité sous la responsabilité de l’infirmier.

La définition

La définition du métier d’aide-soignant est donnée dans l’annexe IV de l’arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d’organisation de la validation des acquis de l’expérience : le rôle de l’aide-soignant est de dispenser, dans le cadre du rôle propre de l’infirmier, en collaboration avec lui et sous sa responsabilité, “des soins de prévention, de maintien, de relation et d’éducation à la santé pour préserver et restaurer la continuité de la vie, le bien-être et l’autonomie de la personne”.

Les activités exercées

Le même texte officiel liste et détaille huit activités qui constituent le référentiel d’activités de la profession :

• Dispenser des soins d’hygiène et de confort à la personne ;

• Observer la personne et mesurer les principaux paramètres liés à son état de santé ;

• Aider l’infirmier à la réalisation de soins ;

• Assurer l’entretien de l’environnement immédiat de la personne et la réfection des lits ;

• Entretenir des matériels de soin ;

• Transmettre ses observations par oral et par écrit pour maintenir la continuité des soins ;

• Accueillir, informer et accompagner les personnes et leur entourage ;

• Accueillir et accompagner des stagiaires en formation.

Contrairement à l’infirmier, l’aide-soignant ne peut pas, par exemple : donner de médicaments ou procurer des soins médicaux, installer une perfusion ou prendre la tension d’un malade. En revanche, il peut prendre la température, surveiller une courbe de poids ou effectuer certains changements de pansements.

 

Le concours

Les études d’aide-soignant ne donnent pas lieu à des quotas d’entrée en formation au niveau national. Ce sont les capacités d’accueil des instituts de formation d’aides-soignants (Ifas –liste) fixées lors de leur agrément qui conditionnent le nombre d’élèves. Ces capacités sont fixées par chaque conseil régional.
Les conditions d’accès sont fixées par l’arrêté modifié du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’aide-soignant (le diplôme professionnel – DPAS – est devenu diplôme d’Etat – DEAS – en 2007).
Selon un état des lieux de 2011 de la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), la capacité d’accueil des Ifas était de 20 859 places en 2009 contre 20 204 l’année précédente (13 318 en 2001). Mais le nombre réel d’inscrits a été de 24 292 : les capacités d’accueil sont chaque année dépassées, depuis 2006.

A noter : selon cette même étude, en 2009, 32 % des étudiants inscrits pour suivre la formation d’aide-soignant exerçaient un emploi dans le secteur hospitalier l’année précédant leur entrée en formation, 23 % exerçaient un emploi dans un autre secteur, et 18 % étaient au chômage.

L’épreuve écrite d’admissibilité

Aucun diplôme n’est exigé pour se présenter à l’épreuve écrite d’admissibilité.
Les candidats doivent être âgés de 17 ans au moins à la date de leur entrée en formation.
Cette épreuve écrite, d’une durée de deux heures, est notée sur 20 points, et se décompose en deux parties :

• analyse et compréhension d’un texte de culture générale sur un sujet d’actualité d’ordre sanitaire et social (12 points) ;

• questions à réponses courtes : biologie humaine, opérations numériques de base et exercices mathématiques de conversion (8 points).

Sont dispensés de l’épreuve écrite d’admissibilité : les candidats titulaires d’un titre ou diplôme homologué au minimum au niveau IV (bac) ou d’un BEP sanitaire et social, ou qui ont fait une année d’études en soins infirmiers.

L’épreuve orale d’admission

Notée sur 20 points, l’épreuve orale d’admission est constituée de :

• un exposé à partir d’un thème relevant du domaine sanitaire et social et réponse à des questions ;

• une discussion avec le jury sur la connaissance et l’intérêt du candidat pour la profession d’aide-soignant.

A l’issue de cette épreuve, le jury établit la liste de classement en fonction du nombre de places offertes au concours.

A noter : en vertu d’un décret du 3 août e2007 concernant la fonction publique hospitalière, les Ifas doivent prévoir 35 % de l’effectif en formation pour les agents des services hospitalirs qualifiés (ASHQ) réunissant trois ans de fonctions et ayant fait l’objet d’une sélection professionnelle et d’un avis de la commission administrative paritaire compétente.

Ouvrages de préparation

Plusieurs éditeurs proposent des ouvrages de préparation au concours d’aide-soignant : Elsevier-Masson, Foucher, Lamarre, Nathan.

 

La formation

L’arrêté modifié du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d’Etat d’aide-soignant (le diplôme professionnel – DPAS – est devenu diplôme d’Etat -DEAS – en 2007).

Huit modules d’enseignement théorique

La formation conduisant au diplôme d’Etat d’aide-soignant comporte 1 435 heures d’enseignement théorique et clinique, en institut de formation d’aide-soignant (Ifas) : 17 semaines en Ifas (595 heures) et 24 semaines en stage clinique (840 heures).
Elle est organisée conformément au référentiel de formation joint en annexes I et II de l’arrêté modifié du 22 octobre 2005.
L’enseignement en Ifas comprend huit modules, dispensés sous forme de cours magistraux, de travaux dirigés, de travaux de groupe et de séances d’apprentissages pratiques et gestuels :

1. accompagnement d’une personne dans les activités de la vie quotidienne, 4 semaines (140 heures) ;

2. état clinique d’une personne, 2 semaines (70 heures) ;

3. soins, 5 semaines (175 heures) ;

4. ergonomie, 1 semaine (35 heures) ;

5. relation-communication, 2 semaines (70 heures) ;

6. hygiène des locaux hospitaliers, 1 semaine (35 heures) ;

7. transmission des informations, 1 semaine (35 heures) ;

8. organisation du travail, 1 semaine (35 heures).

A noter : les personnes titulaires du diplôme professionnel d’auxiliaire de puériculture, du diplôme d’Etat d’auxiliaire de vie sociale ou de la mention complémentaire aide à domicile sont dispensées de certains modules.

Six stages

Six stages de quatre semaines (840 heures) sont effectués en milieu professionnel, que ce soit dans le secteur sanitaire, social ou médicosocial. Un stage au moins dans une structure d’accueil pour personnes âgées est obligatoire.

A noter : la formation pour devenir aide-soignant est payante et coûte au minimum 1 200 euros mais, dans de nombreuses régions, elle est totalement financée par le conseil régional. Les candidats doivent s’adresser à leur conseil régional.
Par ailleurs, pour les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi depuis trois mois et plus, à la date de l’entrée en école d’aide-soignant, la formation est prise en charge à 100 %.

En chiffres

Selon une enquête réalisée en 2011 par la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP), en 2009, la région qui a formé le plus d’étudiants aides-soignants est l’Ile-de-France (3 793 inscrits sur un total de 24 292, soit 15 %) suivie par les régions Rhône-Alpes (2 441 inscrits, soit 10 %), Provence-Alpes-Côte d’Azur (2 216 inscrits, soit 9 %) et Aquitaine (1 500 inscrits, soit 6 %).
90 % des étudiants étaient des femmes.

 

La VAE

La validation des acquis de l’expérience (VAE) est organisée par un arrêté modifié du 25 janvier 2005. Elle est ouverte aux candidats pouvant justifier de compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapport direct avec le contenu de ce diplôme. La durée totale d’activité cumulée est de trois ans, soit 4 200 heures, au cours des douze dernières années précédant le dépôt du dossier de recevabilité.
Un jury décide de cette validation.

En cas de validation partielle, le candidat peut opter pour le suivi et l’évaluation du ou des modules de formation correspondant aux compétences non validées, ou pour une expérience professionnelle prolongée ou diversifiée, préalable à une nouvelle demande de validation des acquis de l’expérience.

 

Article publié le 22 mai 2012 – emploipublic.fr

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.