Amazon confirme 180 recrutements au Luxembourg !

Le géant du commerce électronique a inauguré hier ses nouveaux locaux sur les Rives de Clausen et confirmé le recrutement de 180 personnes.

Amazon a réaffirmé son attachement au Grand-Duché hier après huit ans de présence et malgré la prochaine disparition de son avantage compétitif sur la TVA. Un modèle de «success story» à la luxembourgeoise selon le ministre des Finances, Luc Frieden.
Même si Amazon a commencé à investir ses locaux des Rives de Clausen il y a un an, c’est hier que le géant du commerce électronique les a officiellement inaugurés en compagnie de personnalités des mondes économique et politique – pas moins de trois ministres, l’ambassadeur américain au Luxembourg ou encore le bourgmestre Xavier Bettel.

L’histoire d’Amazon au Luxembourg remonte à 2004, lorsque la société annonce l’installation de son quartier général européen au Grand-Duché neuf ans après sa création par Jeff Bezos. En 2005, elle compte 45 employés. Deux ans plus tard, Amazon déménage dans le Grund. Un site que la société conserve même si la majorité de ses 450 employés travaillent dans l’élégant bâtiment voisin de Skype. «Et nous sommes en train de recruter 180 personnes», indique Greg Greeley, ex-vice-président du commerce européen d’Amazon, qui passe la main à Xavier Garambois. «Pourquoi le Luxembourg? Pour sa localisation au cœur de l’Europe, son environnement favorable aux entreprises, son multilinguisme.»

Les sites luxembourgeois regroupent un large panel d’activités d’Amazon, du marketing à la boutique en ligne en passant par les services (cloud computing…), la logistique, la publicité, Kindle (liseuse numérique)… Le Luxembourg pilote ainsi les sites web européens ainsi que les 22 points de stockage dispersés en Europe.

Autant de maillons qui doivent faire d’Amazon «l’entreprise européenne la plus centrée autour du consommateur». Greg Greeley se plaît à présenter la réussite du groupe comme un «cercle vertueux» : plus la sélection de produits sur Amazon est large, plus il y a de consommateurs, qui attirent davantage de vendeurs, ce qui accroît encore la sélection et permet des économies d’échelle «pour investir dans des prix plus bas». Amazon compte ainsi 180 millions de comptes consommateurs et plus de 2 millions de comptes vendeurs. Mais refuse de dévoiler le moindre chiffre, qu’il s’agisse du chiffre d’affaires ou du bénéfice.

Des livres électroniques à la logistique
 
«C’est une vraie « success story » et c’est le succès de l’environnement que nous avons créé», se félicite le ministre des Finances, Luc Frieden, tout sourire aux côtés de Greg Greeley. Et de rappeler la stratégie luxembourgeoise qui consiste à attirer les quartiers généraux européens de grandes compagnies du secteur financier et d’autres branches. «Amazon est aussi un bon contribuable, un bon citoyen», souligne-t-il, appelant à «ne pas trop accroître l’impôt sur le revenu» pour ne pas dissuader les salariés hautement qualifiés que doit recruter Amazon.

Luc Frieden a aussi défendu sa décision d’appliquer le même niveau de taxation pour les livres électroniques et papier. «Un livre est un livre», répète-t-il, confirmant la détermination du gouvernement d’aller devant la Cour de justice de l’Union européenne s’il le faut alors que cette taxation est dans le collimateur de la Commission. «Une commission du Parlement européen a d’ailleurs donné sa faveur à un même taux pour les livres et demandé à la Commission de ne pas poursuivre les pays» concernés (la France et le Luxembourg), ajoute François Biltgen, ministre des Communications et des Médias.

Ce dernier salue, à l’instar de Luc Frieden, la bonne collaboration du gouvernement pour favoriser les activités d’Amazon – le développement des data centers et de LuxConnect en est un exemple. Une synergie que le gouvernement voudrait approfondir en créant un groupe de travail permanent «pour préparer le futur, pour anticiper d’éventuels changements de législation mais aussi pour saisir des opportunités», reprend Luc Frieden.

«Nous espérons que vous serez un bon ambassadeur et que vous aurez des arguments pour convaincre vos compatriotes», ajoute François Biltgen en s’adressant à Greg Greeley, qui s’apprête à prendre des fonctions internationales au siège d’Amazon à Seattle.

Le ministre de l’Économie, Etienne Schneider, avait aussi préparé son compliment, remerciant Amazon pour les centaines d’emplois créés et à venir. Avant de glisser une requête. «Nous avons discuté des liens entre les ICT (NDLR : technologies de l’information et de la communication) et la logistique. Le Luxembourg serait ravi de devenir un hub logistique pour l’importation de tablettes en Europe», suggère-t-il. Vitrine de l’attractivité luxembourgeoise, Amazon reste choyé par le gouvernement.

Publié le 02/10/2012 – Lequotidien.lu – Rédigé par Camille Leroux-Frati

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Website Comments

  1. ouioui

    Évasion fiscale. La vraie raison de la présence de Amazon au Luxembourg.

    Demandez au gouvernement britannique qui essaie de récupérer le montant de la fraude en 2013 !

    180 jobs au Luxembourg et combien de milliards qui s’envolent ?

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.