Apprentissage : une hausse de 8% du nombre de contrats signés en un an

 

Apprentissage : une hausse de 8% du nombre de contrats signés en un an

Le nombre de contrats d’apprentissage signés en un an a augmenté de 8%, d’après le ministre délégué à la Formation, Thierry Repentin. L’objectif du gouvernement est de passer à 500 000 étudiants en alternance en 2017 contre 420 000 actuellement.

 

L’apprentissage garde la pêche ! Dans un contexte économique pas toujours favorable aux jeunes diplômés, l’alternance tire son épingle du jeu. Le ministre délégué à la Formation et à l’Apprentissage, Thierry Repentin, a annoncé mardi 4 décembre, que le nombre de contrats d’apprentissage avait augmenté de 8% en un an.
« Les chiffres […] sont très encourageants si on les compare à ceux de l’année 2011 à la même date », a déclaré le ministre. Malgré un léger tassement des contrats de professionnalisation, la hausse de l’apprentissage « est assez remarquable dans le contexte économique difficile que chacun connaît », s’est-il réjoui.

Les raisons d’un succès
Comment expliquer cette hausse ? Difficile de dégager une raison unique, mais il semble que la stratégie du bonus/malus imposée par l’Etat aux entreprises commence à porter ses fruits. Les employeurs sont en effet incités à prendre des alternants (déduction de charges), mais aussi sanctionnés financièrement s’ils ne respectent pas un quota de 4% d’alternants (pour les sociétés de plus de 250 salariés).
Et puis la formule séduit de plus en plus : que ce soit les employeurs qui l’utilisent comme une stratégie de recrutement, les étudiants qui y voient un bon moyen de professionnaliser leur cursus. Mais aussi les établissements de formation, qui continuent à développer cette formule, à tous les niveaux de formation et dans toutes les spécialités.

Objectif : 500 000 apprentis en 2017
D’ici 2017, le gouvernement espère atteindre le nombre de 500 000 apprentis par an(contre 420 000 actuellement). Geneviève Fioraso a même annoncé l’objectif d’un étudiant sur 6 d’ici 2020. Raison de plus pour maintenir les efforts, selon le ministre qui a déclaré préparer « un plan de développement de l’apprentissage » pour le premier trimestre 2013 « avec des moyens financiers et fiscaux supplémentaires ».
Il a par ailleurs demandé aux préfets et aux présidents de région que soit mis en place des « pactes régionaux pour la réussite éducative et professionnelle des jeunes » avant la fin du premier trimestre 2013. Objectif : « coordonner les efforts de chaque acteur, afin de proposer à chaque jeune sans qualification une solution adaptée pour réamorcer un parcours de formation ».

Une annonce qui vient compléter celles du ministre de l’Education nationale au sujet des élèves décrocheurs. Vincent Peillon a avancé une série de mesures afin de donner une formation à 20 000 jeunes qui ont décroché du système scolaire, notamment en recourant à l’alternance.

 

Article publié le 05 décembre 2012 – studyrama.com

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob !