Des jeunes en colocation grâce leur société Davidson

Le cabinet de conseil remporte le prix des entreprises de plus de 500  salariés du Great Place to Work.

«Mes associés et moi avons voulu construire un cabinet de conseil dont la culture d’entreprise soit à 180 degrés de celle de nos confrères», affirme Édouard Mandelkern, président de la société de conseil en management et en expertise technologique Davidson. Implantée en France, en Suisse, en Belgique et aux Émirats arabes unis, l’entreprise créée en septembre 2005 emploie 1100 salariés. Elle vise les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et espère recruter une centaine de personnes cette année.

Refusant le turnover élevé qui caractérise beaucoup de concurrents, Davidson mise sur le respect de l’individu, l’écoute et la créativité. Elle favorise la cooptation et les promotions internes. 80% des recrutements se font sur la recommandation d’un salarié. Une comptable est devenue directrice financière. Un jeune diplômé, directeur général d’une filiale. Une assis­tante, chargée d’ambiance. Son travail: permettre à chacun de se sentir bien. «Nous sommes très attachés à la qualité de vie au travail. Un collaborateur qui n’a pas le moral ou qui se sent considéré comme un numéro ne sera pas aussi épanoui et ne proposera pas la même qualité de service aux clients», observe Édouard Mandelkern.

Une colocation pour neuf jeunes diplômés

Ce souci du bien-être se traduit par des actions très concrètes. Une crèche et une conciergerie ont été ouvertes. Une salle de repos proposant trois places est à la disposition des collaborateurs qui souhaitent se détendre quelques minutes dans une ambiance zen. Afin d’aider les jeunes diplômés à se loger, Davidson fait cons­truire un campus qui offrira dès le mois de mai des appartements à des loyers abordables. La société va proposer à neuf jeunes salariés de vivre dans un studio, en colocation, avec un grand salon et un jardin.

Chacun peut également faire part de ses idées. Il suffit de laisser un message sur la tablette installée dans la cafétéria sans craindre d’éventuelles retombées. Même si le message est critique. «Il est important que chacun puisse dire ce qu’il pense ou soulever tel ou tel problème. Rien n’est pire dans une société que de mettre sous le tapis ce qui ne va pas bien et qui pourrait être amélioré», souligne Édouard Mandelkern. Des événements festifs sont organisés régulièrement. Week-end de ski, sortie à l’opéra, séance de curling ou de parachute.

S’inspirant notamment du livre The One Minute Manager, les fondateurs de Davidson ont banni les réunions «qui engendrent ennui et perte de temps. Du coup, nous n’avons qu’une seule réunion hebdomadaire d’une heure», témoigne Édouard Mandelkern. Les collaborateurs partagent des documents en ligne. Ils peuvent ainsi intervenir quand cela leur convient pour faire avancer les dossiers communs.

Publié le 19/03/2014 – Par Yann Le Galès

Bientôt le retour des soirées de recrutement pour jeunes « Plug and Work » dès le mois prochain. Infos et inscription sur : http://www.plugnwork.fr/

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.