Difficultés de recrutement dans la construction

Les entreprises recruteront 37 693 personnes pour leurs besoins en main-d’œuvre en 2013. 40 % des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs, deux sur trois dans le seul secteur de la construction.

 

Les secteurs qui recrutent. Infographie  RL

 

D’une année à l’autre, les besoins en main-d’œuvre ne changent pas au sein des entreprises. Ce sont toujours les mêmes secteurs qui ont des difficultés à recruter, la construction surtout, mais aussi l’industrie et l’agriculture. »

DOSSIER

Jean Niel, directeur régional de Pôle emploi, résume l’enquête annuelle sur les besoins en main-d’œuvre des entreprises lorraines. Cette année, ces entreprises prévoient de recruter 37 693 personnes soit 5 % de moins qu’en 2012, alors que 16 % des établissements lorrains envisagent au moins une embauche cette année. Mais la constante de cette enquête, qui peut surprendre alors que le chômage atteint des sommets, c’est la difficulté qu’éprouvent ces entreprises à trouver du personnel. Ainsi, quelque 38,5 % des projets de recrutement sont jugés difficiles par les employeurs. Jean Niel aime illustrer son propos par cette anecdote : « Nous avons mis un an pour trouver douze candidats pour devenir bouchers alors même que des postes étaient proposés avec des salaires plutôt intéressants, au-delà de 2 000 € mensuels. »

Le plus frappant reste le cas de la construction. Tandis que le BTP, qui perd des emplois actuellement, dispose de remarquables outils de formation, bon nombre d’entreprises rament pour trouver du personnel. Selon Pôle emploi, deux projets sur trois sont déclarés difficiles dans ce secteur.

L’image des métiers

« Ce n’est pas la qualité de la formation qui est en cause, mais bien le manque de candidats. On n’en forme pas suffisamment pour répondre aux besoins des établissements. On cherche ici des maçons, là des couvreurs , voire des ouvriers qualifiés de la peinture et de la finition du bâtiment », martèle Jean Niel. Le BTP prévoit 2 635 embauches en 2013 dont 1 593 posent des problèmes de recrutement. Même leitmotiv dans l’industrie, dont 45 % des projets sont difficiles. Pôle emploi cite les ouvriers qualifiés, les techniciens et agents de maîtrise et de l’environnement, mais aussi de la maintenance en électricité et électronique, les soudeurs. « Des métiers qui souffrent, sans doute à tort, d’une mauvaise image, ou plus simplement qui proposent des situations plus attractives ailleurs », souligne-t-il, songeant aux emplois frontaliers du côté du Grand-Duché. La difficulté de recruter est aussi liée à la taille des établissements : les plus petits, faute de service des ressources humaines, ont du mal à trouver des candidats à l’embauche.

La part du tertiaire

Seule éclaircie de l’enquête, le secteur tertiaire s’en sort plutôt bien. Plus de trois projets d’embauche sur quatre se concrétisent dans le secteur tertiaire (voir notre infographie). Des activités comme les services aux particuliers, le commerce, l’hôtellerie-restauration, recrutent beaucoup et le plus souvent sans trop de difficultés. Ainsi, 14,7 % des projets d’embauche dans le commerce sont difficiles, 13,9 % dans les services aux particuliers et aux collectivités. Sur les 37 693 projets de recrutement, quelque 24,4 % ont un caractère saisonnier. Et ça ne surprendra personne, les bassins d’emploi de Nancy (7 818) et de Metz (7 732) concentrent plus de 40 % des projets d’embauche de main-d’œuvre en Lorraine. La Moselle-Est (4 075) et le bassin sidérurgique (3 344), le sud mosellan (1 013) pèsent moins d’un quart des projets d’emploi.

Article publié le 25 avril 2013 – republicain-lorrain.fr – Bernard KRATZ

 

 

Les soirées Plug&Work by Moovijob : LE rendez-vous des jeunes diplômés avec l’emploi dans toute la France ! 

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.