La ruée vers l’Est continue ! On parle de Moovijob !

« En matière de recrutement de cadres français, les pays situés à l’Est de la France ne sont pas logés à la même enseigne. Le Luxembourg et la Suisse offrent encore de nombreux postes alors qu’ils se raréfient, sous l’effet de la crise, en Belgique et en Allemagne. L’évènement. L’emploi transfrontalier à l’Est de la France demeure porteur. Une centaine d’entreprises françaises, allemandes et luxembourgeoises vont participer en 2009 au [salon itinérant de recrutement|/site/include/documents/moovijobtour/mjt2009/|fr] organisé à Strasbourg, Nancy, Metz et Mulhouse par [Moovijob|/offres-emploi.html|fr], un site d’emploi spécialisé dans le Grand Est (Lorraine, Alsace, Rhénanie-Palatinat, Wallonie, Luxembourg et Suisse), contre 60 entreprises en 2008. [Luxembourg|/site/public/displayAllOffer.jsp?query={idCountry:%27LUX%27}|fr] et [Suisse|/offres-emploi-suisse-pays-che.html|fr] en forme. Les besoins au Luxembourg restent importants dans la banque, l’assurance, l’informatique et le bâtiment. Bien que touché par la crise financière, les embauches de cadres financiers et comptables pourraient même progresser dans le Grand Duché, selon la dernière étude de l’Apec sur « Les cadres en Europe ». « Certains secteurs sont encore pénurique, comme le back office dans la banque. En revanche, la gestion de fonds a dévissé. Il y a moitié moins d’offres sur ce type de postes que l’année dernière », avoue Gilles Risser, directeur général de Moovijob. La Suisse tire également assez bien son épingle du jeu. Les secteurs de la chimie et surtout de la pharmacie y restent solides. « Le laboratoire Roche a annoncé un plan de recrutement de plus de 70 personnes », rappelle Jean-François Baechler, directeur du cabinet de recrutement Alphasearch, basé à Mulhouse. Bruxelles et Berlin en berne. Il n’en va pas de même de la Belgique et surtout de l’Allemagne, où la baisse des exportations frappe de plein fouet la production industrielle. Les ingénieurs et informaticiens français demeurent toujours aussi recherchés outre-Rhin, mais la demande est moins sensible comparée à 2008. « Depuis novembre dernier, nous observons une baisse du nombre d’offres en Allemagne, notamment dans l’industrie mécanique, confirme Isabelle Haeffner, directrice du cabinet Haeffner Partners, situé à Strasbourg. En revanche, le secteur de l’agroalimentaire, lui, se maintient. » D’une manière générale, les ingénieurs R&D, les ingénieurs commerciaux et les consultants SAP tricolores n’ont aucune difficulté à décrocher un emploi au pays de Goethe ». Publié le 19/02/2009 sur le site de l’Apec.

Facebook Comments

Post a comment