L’agroalimentaire recrute 75% de jeunes diplômés !

Résistant tant bien que mal à la crise (5000 postes menacés selon l’Ania) mais n’hésitant pas à faire confiance aux jeunes, l’industrie agroalimentaire souffre d’une pénurie de main-d’œuvre (30000 embauche par an). 75% des recrutements sont des jeunes et la mobilité est un sérieux atout.

Le secteur agroalimentaire est boosté par le Bio, les directives de santé, et les mutations de consommation

Et si la prolifération des taboulés préparés, des pizzas surgelées et des barquettes micro-ondables dans les réfrigérateurs des Français avait aidé l’industrie agroalimentaire à faire face à la crise ? Certes, le budget pour l’alimentation des ménages diminue (il est aujourd’hui de 12 % du budget total), mais la mutation des habitudes alimentaires a permis de maintenir l’activité. « L’augmentation de la demande pour le prêt à l’emploi a transféré les opérations de préparation des cuisines aux entreprises. Les tâches de confection se font de plus en plus à l’intérieur de l’usine, ce qui nécessite de la main-d’œuvre, souligne Gilles Recour, directeur général d’Agropole, technopole spécialisée dans l’agroalimentaire. Quant aux directives de nutrition santé et à la hausse du bio, elles boostent les efforts en recherche et développement. »

30 000 embauches par an

Alors que d’autres secteurs sont particulièrement touchés par la conjoncture, l’automobile notamment, l’agroalimentaire trône toujours à la première place des industries françaises. Forte de 157 milliards d’euros de chiffre d’affaires, elle représente actuellement 500 000 emplois pour 13 000 entreprises et se veut le premier employeur industriel dans certains bassins régionaux (Bretagne, Aquitaine, Pays de la Loire), où elle cumule parfois jusqu’à 20 % des emplois locaux.

« Si la crise est tout de même palpable, le secteur embauche 30 000 personnes par an, dont plus de 2 000 postes de cadres, en raison d’un turnover de l’ordre de 5 %, et 57 % des emplois concernent des ouvriers », expose Morgan Oyaux, directeur des affaires sociales au sein de l’Association nationale des industries alimentaires. Pour accéder à l’emploi, l’alternance et l’apprentissage restent des voies privilégiées, quels que soient les postes visés. Ce système répond en effet au besoin des entreprises, les métiers de l’agroalimentaire demandant de bonnes connaissances du terrain. « Le taux d’intégration de nos apprentis est supérieur à 80 % », se félicite ainsi Marie-Hélène Quemener, directrice de l’institut de formation régional en industrie agroalimentaire (Ifria) Bretagne.

Publié le 19/11/2012 – Leparisien.fr – Par La Rédaction

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.