“Le Gout du Lux”, ou comment le Luxembourg s’est imposé grâce à la finance et aux services

«J’ai réfléchi sur la construction européenne, qui s’est établie sur des frontières, avec des disparités fiscales, de salaires, d’allocations familiales, de systèmes de retraite, etc. Ces disparités ont généré des évolutions différentes», introduit Pierre Hornberger. Le réalisateur présente jeudi, en avant-première à Thionville, son documentaire «Le goût du Lux».

Le natif de Yutz, en Moselle, y dresse un parallèle entre le déclin de la sidérurgie en Lorraine, pendant que le Luxembourg prenait de l’ampleur sur la scène internationale en axant son économie sur la finance et les services.

Pierre Hornberger montre les répercussions générées sur les territoires et leurs populations. «Il y a des frontaliers qui peuvent accéder à des emplois au Luxembourg avec des salaires plus élevés, et il y a les autres. Cela crée une fracture sociale». Les conséquences s’établissent notamment en termes de problématique foncière. «À Rodemack ou Thionville, le prix de l’are peut atteindre 20 000 euros. L’accession à la propriété devient très difficile. La contrepartie positive, c’est que des villes et villages délabrés ont été régénérés», souligne Pierre Hornberger, qui aborde aussi le problème des transports transfrontaliers.

Le réalisateur donne la parole au bourgmestre de Luxembourg-Ville, Xavier Bettel, au ministre de l’Emploi, Nicolas Schmit, ou encore au directeur du Mudam, Enrico Lunghi. «Le Luxembourg veut devenir une vraie capitale européenne et on le voit aussi dans le développement culturel», retient-il. Le documentaire sera visible sur Mirabelle TV et Vosges TV. Pierre Hornberger espère pouvoir le diffuser dans des cinémas au Luxembourg. »

Publié le 21/02/2013 – Lessentiel.lu – Par La Rédaction

Retrouvez toutes nos offres d’emplois au Luxembourg sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.