Le théâtre pour prévenir le stress au travail

Surcharge de travail, management défaillant, désorganisation, conflits… La crise a alourdi le climat social dans de nombreuses entreprises et braqué les projecteurs sur la souffrance au travail et les risques psycho-sociaux. Des maux que les managers peuvent apprendre à prévenir et soigner grâce au théâtre.
Hélène, chef d’équipe, est au plus mal, au bord de l’irréparable. Alors, elle trouve un prétexte pour se retrouver un soir à 20 heures dans une salle de réunion avec son supérieur hiérarchique et l’une de ses collaboratrices. Elle leur expose son mal-être et sa descente aux enfers progressive : une nouvelle mission managériale qu’elle n’arrive pas à assumer, la pression des objectifs, la gêne de ses anciens collègues devenus ses collaborateurs, un mari qui ne la soutient pas, des symptômes psychologiques et physiques qui petit à petit l’envahissent et la rongent…
Cette histoire, qui pourrait avoir pour cadre n’importe quelle entreprise, constitue en fait la trame d’« On ne badine pas avec le stress », une pièce de théâtre de sensibilisation au stress. « Grâce à cette mise en scène, on arrive à mettre en exergue les causes et les symptômes du stress, tout en soulignant les signaux d’alarme détectables par les managers, explique Christian Poissonneau, directeur du Théâtre à la carte. Et pendant le débat que l’on instaure toujours à la fin de la pièce entre les acteurs et les participants, on arrive aussi à identifier des pistes de solution et à amorcer le dialogue sur un sujet grave et délicat. »

Des sujets compliqués à traiter
Difficile en effet de déterminer la frontière entre pression managériale et harcèlement moral, entre rigueur excessive et volonté de détruire l’autre. « Tous ces sujets de souffrance au travail et de risques psychosociaux sont extrêmement ambigus et compliqués à traiter car ils peuvent donner libre cours à toutes les interprétations, note Christian Poissonneau. Le théâtre permet de mettre en scène cette ambiguïté de manière très concrète, en touchant l’esprit, mais aussi le cœur des participants. Il permet également de dédramatiser grâce à l’humour et de libérer la parole. »
L’impact du théâtre ne se limite pas à la sensibilisation. Il existe aussi des modules de formations comportementales où les managers apprennent en petits groupes à gérer leur propre stress et celui de leurs collaborateurs. « On travaille d’abord sur l’émotion avec des séquences théâtrales autour du stress, souligne Christian Poissonneau. On invite ensuite les managers à s’exprimer sur leur perception et leur management du stress pour enchaîner par un travail plus pédagogique sur la mécanique du stress. Le stage se termine toujours par une mise en situation des managers qui donnent la réplique aux acteurs, en interprétant leur propre rôle ou celui de leurs collaborateurs. Inverser les rôles permet en effet d’appréhender la réalité de l’autre et d’avoir une vraie prise de conscience. »

Un appel aux bonnes pratiques managériales
Cette fois encore, les objectifs de la formation sont très concrets. Il s’agit d’apprendre à reconnaître les manifestations du stress, à identifier les situations stressantes, à comprendre les causes, les mécanismes et les conséquences du stress, pour au final donner aux managers les clés qui vont leur permettre de maîtriser leur stress et de mettre en place un management positif du stress de leurs collaborateurs. « Pour cela, on fait tout simplement appel aux bonnes pratiques managériales. Dans les entreprises où les managers sont amenés à impulser le changement à toute vitesse, cela passe par de l’accompagnement, de la présence, de la formation, la création d’un groupe de travail… Le manager a un rôle fondamental à jouer par rapport à cette réalité-là », conclut Christian Poissonneau.

Publié le 13/11/2009 – Focusrh.com – Par Yves Rivoal

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.