Les contrats de professionnalisation jugés efficaces

Une étude souligne l’efficacité de cette formation en alternance.
L’accès à l’emploi durable varie selon les secteurs

 

Le contrat de professionnalisation est un outil d’insertion professionnelle efficace. Une étude que vient de publier le ministère du Travail montre que deux tiers de ses bénéficiaires sont en emploi à son issue, contre un quart au chômage, 7 % en inactivité et 3 % en formation. Le taux d’insertion des personnes sortant d’un cursus de professionnalisation est même de 71 % si l’on ne s’en tient qu’à ceux qui sont allés jusqu’à son terme, contre tout de même 49 % pour ceux qui se sont arrêtés en cours de route, selon l’enquête, qui a porté sur le devenir de personnes ayant démarré un contrat de professionnalisation en 2006.

Le taux d’insertion dans l’emploi varie cependant sensiblement selon la qualification préparée, plus encore que selon le secteur. Pour les métiers du secrétariat et de la bureautique, ou encore de l’accueil, hôtellerie ou tourisme, toutes choses égales par ailleurs, la proportion de bénéficiaires d’un emploi dès la sortie est d’à peine plus de 50 %. Pour les fonctions transport, manutention ou magasinage, elle atteint 86 %, devant la production industrielle et le bâtiment (75,2 %) et les métiers de la santé et du social (74 %). Le secteur d’activité qui a le taux d’insertion dans l’emploi le plus fort est le transport, à 77 %, loin devant la construction et l’industrie (70,8 % et 69,8 %). Les services aux particuliers sont à l’opposé, avec un taux de passage direct en emploi de 53,7 %.

60 % de CDI

Dans 60 % des cas, l’emploi trouvé est en CDI, mais, là encore, la situation varie selon le secteur, avec une proportion plus forte dans les transports, la manutention et le magasinage, et plus faible dans les métiers du commerce, de la vente, de la comptabilité et de la gestion. Le maintien dans l’entreprise d’accueil est plus probable lorsque la qualification préparée aboutit à un diplôme reconnu par la branche professionnelle.

Globalement, la capacité d’insertion du contrat de professionnalisation est reconnue à une très large majorité par ses bénéficiaires. 61 % sont tout à fait d’accord et 29 % plutôt d’accord avec l’idée que « le passage par un contrat de professionnalisation est une expérience professionnelle valable sur le marché du travail ». Seul 1 bénéficiaire sur 10 n’est pas vraiment ou pas du tout d’accord avec cette assertion. Le regard est plus critique sur la formation reçue : 61 % des personnes interrogées estiment qu’elle était « complètement » adaptée, 34 % qu’elle l’était « plus ou moins » et 5 % qu’elle ne l’était « pas du tout ».

Article publié le 02 janvier 2013 – lesechos.fr – Leïla de Comarmond

 

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.