Les employeurs IT redoutent la pénurie de talents

  Les recrutements dans l’informatique et les télécoms connaissent un certain ralentissement. Pour autant, les opportunités restent nombreuses. À tel point que la pénurie de talents inquiète de plus en plus les recruteurs.

 

 

 

La dégradation du contexte économique pèse sur le secteur informatique et télécoms mais ne le fait pas couler. Les prévisions du Syntec Numérique (association professionnelle des SSII, des éditeurs de logiciels et des sociétés de conseil en technologies) révèlent qu’après une hausse de 0,7 % en volume d’embauches en 2012, la filière devra composer avec une croissance nulle en 2013.

Mais le tableau n’est pas si noir. « Les besoins restent globalement importants, rassure Jérémie Lemaître, directeur du cabinet Eotim France. On observe toutefois un manque de compétences techniques chez les candidats alors que les domaines du web et des applications mobilesrecherchent des développeurs qui maîtrisent parfaitement les codes. » Les profils d’experts spécialisés en PHP, .Net, Flash, Java, Flex, C++ ou HTML 5 sont en effet rares, donc très demandés.

Un avis partagé par Denis Cerisola, chasseur de têtes pour le cabinet Business Activ. « La demande est très forte de la part des PME mais il y a un problème d’inadéquation entre l’offre et la demande. On ne trouve pas de bons développeurs, c’est la raison pour laquelle nous réfléchissons à créer une école pour former de bons techniciens du web qui n’auront pas besoin d’être ingénieurs pour maîtriser parfaitement Flash, Flex ou PHP. »

 

Le e-commerce poursuit son développement

Alors que les SSII embauchaient, il y a encore quelques années, des bataillons d’informaticiens, « elles recrutent aujourd’hui un peu moins qu’auparavant », tempère Jérémie Lemaître. Reste que l’IT est devenu un enjeu incontournable pour toutes les entreprises.

 

Les sociétés du e-commerce, qui ont généré en 2012 près de 45 milliards d’euros selon la Fevad, ont besoin que leurs sites fonctionnent parfaitement et augmentent ainsi leurs budgets informatiques. Une tendance qui donne des perspectives intéressantes aux profils débutants qui cherchent de plus en plus à aller directement chez le client final. Et si les employeurs recherchent en priorité des profils de techniciens, ils ne sont pas insensibles aux commerciaux informatiques. « Ce sont des profils qui peuvent très bien gagner leur vie. Toutefois, ils ne doivent pas avoir peur de beaucoup travailler car la part de salaire variable est souvent importante », explique Denis Cerisola.

 

Un manque d’experts dans les technologies de pointe

Les managers et les chefs de projets sont, eux aussi, dans la ligne de mire des recruteurs. Notamment dans les banques, les compagnies d’assurances et les caisses de retraite, qui cherchent des profils capables d’analyser la traçabilité des réseaux, d’assurer la sécurité ses systèmes d’information et de travailler en anglais.

 

Les réseaux de télécommunications et les technologies qui touchent à l’opensource, au cloud et à la virtualisation sont également en demande de techniciens aux compétences pointues. Et là encore, les profils recherchés sont plutôt rares. En particulier les ingénieurs qui maîtrisent les infrastructures télécom. Pour preuve : le Syntec Numérique précise que les ingénieurs en informatique justifiant d’un niveau bac +5 sont en situation de plein emploi.

Article publié le 13 février 2013 – keljob.com – Caroline David

 

Retrouvez toutes nos offres d’emploi dans l’informatique sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.