Les entreprises courtisent toujours les jeunes diplômés

INFOGRAPHIE – Les ingénieurs sont les plus recherchés devant les diplômés des écoles de commerce.

L’économie est en berne. Les entreprises ralentissent leurs embauches depuis le début de l’année. Mais les jeunes diplômés sont toujours aussi courtisés. Selon une étude réalisée par l’Apec auprès de 4000 jeunes ayant obtenu leur parchemin en 2011, 71 % des jeunes de niveau bac + 4 obtiennent un emploi moins d’un an après avoir décroché leur diplôme. Et cela assez vite: ils mettent en moyenne deux mois pour trouver un job. Ils sont aussi de plus en plus nombreux à signer un contrat à durée indéterminée. 56 % en ont décroché un contre 54 % en 2010 et 47 % en 2009. Plus des trois quarts d’entre eux travaillent dans le secteur privé.

Les diplômés bac + 3 voient également l’avenir avec optimisme. Ils se jouent des crises qui ont ébranlé l’Europe depuis 2008. Ils trouvent de plus en plus facilement un emploi. 75 % des membres de la promotion 2011 avaient un emploi cette année contre 74 % des membres de la promotion 2010 un an après la sortie, et 68 % pour ceux de la promotion 2008.

 

Mélangeant pragmatisme et réalisme, les jeunes diplômés ont tiré les leçons des difficultés économiques qui ont fait plonger leur taux de recrutement en 2008. Prévoyants, ils engagent des démarches pour trouver un job avant même d’avoir obtenu leur diplôme. Tenaces, ils adressent en moyenne 38 candidatures aux employeurs potentiels. Prudents, ils démissionnent moins souvent d’un poste.

Mais tous les jeunes diplômés ne disposent pas des mêmes atouts. Les élèves des écoles d’ingénieurs réussissent le mieux. Huit ingénieurs sur 10 ont décroché un poste. Les jeunes qui ont choisi la voie universitaire s’en sortent le moins bien. Moins de 7 sur 10 ont trouvé un job. Un quart n’a pas réussi à convaincre un employeur de lui accorder un premier emploi. Les universitaires sont également ceux qui obtiennent le moins de contrat à durée indéterminée. Les diplômés des écoles de commerce se situent entre les deux. Au hit-parade de l’emploi, les formations en informatique, télécommunications et multimédia arrivent en tête. Celles en métallurgie, mécanique, aéronautique en seconde position. Les diplômés en physique et biologie sont relégués en avant-dernière position. Les économistes sont en queue de peloton avec 59 % de diplômés en poste.

Vigilance de mise
Par contre, le diplôme n’a aucun impact sur la durée des contrats à durée déterminée (CDD). Elle est de 10 mois pour les jeunes gens issus de l’université et des écoles de commerce et de 11 mois pour ceux ayant suivi une école d’ingénieurs. «Si les jeunes gens sont nombreux à débuter leur vie active par un CDD, ce sont donc en général des CDD relativement longs», observent les auteurs de l’étude. Malgré cette stabilité du marché de l’emploi des jeunes diplômés des générations 2010 et 2011, les responsables de l’Apec qui ont décidé de mieux adapter leurs services aux besoins des jeunes diplômés sont prudents. «La vigilance est de mise, car le marché de l’emploi s’est fragilisé. Les entreprises ont l’intention de recruter moins de débutants qu’auparavant, explique Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec. Tout laisse penser qu’une dégradation sensible devrait être à l’œuvre dans les prochains mois. Cependant les mesures en faveur des jeunes, notamment le contrat de génération, devraient faciliter le démarrage de leur vie professionnelle.»

Article publié le 03 octobre 2012 – lefigaro.fr – Yann Le Galès.

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob.com

[], []

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.