Les entreprises en quête de jeunes diplômés !

(Photo : Darek Szutser – Lalsace.fr)

Au Forum Alsace Tech, dont la 5 e édition se tenait hier [le 15/11/2012 dernier] au Parc-Expo de Mulhouse, les entreprises ne sont évidemment pas venues les mains vides, mais l’attente, devant chaque stand, variait en fonction de la notoriété de chacune.

Prime à la notoriété

Deux heures après l’ouverture, Clemessy avait ainsi engrangé 25 CV, jugés de qualité par Anne Grunenwald-Neyer, la responsable emploi : « Les jeunes viennent spontanément, connaissent nos besoins. Nous proposons une dizaine de stages de fin d’études dans le Grand Est, avant une éventuelle embauche, et une trentaine d’emplois sur toute la France, des postes d’ingénieurs ou technico-commerciaux. C’est à peu près le même volume que les années précédentes, Clemessy se porte bien. »

Si certains étudiants ont simplement pris leurs marques, se renseignant et déposant des CV à tout hasard, d’autres, en effet, sont venus en connaissance de cause, remettant des lettres de candidature à des propositions repérées en amont.

C’est le cas de cette jeune diplômée de l’Engees, école d’ingénieurs strasbourgeoise qui forme aux métiers de l’eau et de l’environnement, que Jean-Pierre Leteneur se dit certain d’embaucher, malgré son absence d’expérience. Responsable du recrutement chez Sarp, filiale de Veolia spécialisée dans le traitement des déchets industriels, il est venu exprès de Paris, désireux de renforcer les liens avec cette école qui répond parfaitement à ses besoins. « Les anciens de l’Engees que nous employons téléphonent aux élèves pour leur expliquer ce que nous faisons, nos métiers. Ce sont les meilleurs pour nous vendre », observe-t-il.

Présent au forum l’an dernier en tant qu’étudiant de l’Insa, Pierre-Yves Weitz est revenu dans la peau de l’ingénieur en génie climatique, fraîchement embauché par Imhoff, une des filiales du groupe Vinci. « Ce forum m’avait permis de collecter pas mal d’adresses, de connaître le bon interlocuteur dans chaque entreprise qui m’intéressait, afin que ma candidature n’atterrisse pas directement à la poubelle. »

Savoir être mobile

Se fondant sur sa propre expérience, il souligne l’importance du stage, qui permet souvent de rester dans l’entreprise après un projet de fin d’études. « Mieux vaut donc cibler une entreprise dans laquelle on aimerait travailler. »

Parfois, il faut savoir être mobile. Carrefour proposait hier 60 offres de stages et 13 CDI, mais tous en région parisienne, les « fonctions supports » étant centralisées. « Les étudiants originaires de Paris sont intéressés, les étrangers aussi, mais les Alsaciens ont un peu peur de la grande ville. Ils cherchent en priorité des entreprises de la région », témoigne la représentante du groupe de distribution.

Plus de souplesse dans la grande distribution

Du côté de la concurrence, Auchan ouvre ses portes en grand. La direction Est (25 magasins) embauche environ 80 managers de rayon par an, des bac + 4 ou bac + 5, pas seulement issus d’écoles de commerce. « Nous avons recruté un docteur en sciences de l’éducation, des diplômés en histoire… Il faut être attiré par le commerce, montrer des compétences de manager, le sens des résultats. La personnalité compte plus que les études ou l’expérience. »

Le panel des évolutions internes est ensuite assez large. Seul impact de la crise : le turn-over au sein de l’enseigne est actuellement moins élevé, les salariés préférant ne pas lâcher la proie pour l’ombre.

Nota : L’association Alsace Tech regroupe 14 écoles d’ingénieur ou de commerce de la région.

Publié le 16/11/2012 – Lalsace.fr – Par Olivier Brégeard

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.