LuxCloud est véritablement Cool


 
Le cabinet d’analyses stratégiques Gartner a intégré en avril dernier LuxCloud en tant que Cool Vendor. Il s’agit d’un première pour une société luxembourgeoise, qui entre de fait parmi l’élite et reconnue comme étoile montante dans le secteur ICT. « It’s now. It’s here. », dit Marco Houwen.
 
Jamais jusqu’à présent, une société luxembourgeoise n’avait réussi à inscrire son nom sur la tablette des Cool Vendors de Gartner. Ce classement préfigure le carré magique, graal pour nombre d’acteurs de la sphère informatique.
 
Il y a quelques années, Gartner a établi ses premières listes de Cool Vendors – sociétés à suivre absolument –, appelées à devenir des leaders dans un domaine qui n’est pas encore suffisamment vaste ou mature pour y dresser un tableau sous la forme d’un Carré Magique. Ainsi, seule une centaine de sociétés, majoritairement US-based ou asiatiques sont listées comme Rising Stars. C’est ce titre que la start-up luxembourgeoise LuxCloud a décroché au printemps 2013, dans la catégorie des Cool Vendors des Cloud Service Brockerage Enablers.
 
Ce sub-segment du marché, une niche dans la niche, qui est aujourd’hui l’un des plus porteur. Et l’avance de la démarche de LuxCloud est telle, qu’elle a mérité en tout premier chef d’être inscrite parmi les cinq meilleures sociétés au monde et qu’il ne faut pas perdre de vue.
 
LuxCloud, Cross Cloud
 
Cette originalité, c’est celle d’un marché à la croisée des chemins. D’un côté, les fournisseurs de services de communication, comme des télcos, des ISP, des opérateurs et des VAR’s… qui disposent d’une vaste clientèle, mettent de plus en plus à disposition un catalogue de services enrichis au Cloud (Mailboxes, emailing, compta, stockage, back-up…) as-a-service. D’un autre côté, les éditeurs de solutions SaaS développent des applications qui permettent ces All-in et de constituer ces places de marchés… Au carrefour de ce deux mondes, la proposition de LuxCloud…
 
« Le Cloud Brockerage est l’un des segments des plus florissants dans le Cloud actuellement, dit Marco Houwen, le fondateur et CEO de LuxCloud (en photo). Nous avons été pionniers en 2010 avec cette idée : permettre à un écosystème de créer un environnement de place de marchés de services Cloud… Je précise : nous sommes des enablers, pas des brockers nous-mêmes. Nous permettons à ces derniers d’exceller dans leur positionnement… »
 
Le constat de départ était celui-ci : les services du cloud, qui sont vendus à des clients finaux, continuent à devoir être administrés comme des services classiques, tout cloud qu’ils soient. Hors, une PME, qui se lance dans le Cloud avec une solution SaaS, ne possède plus les compétences d’administrateur de domaine IT. « Le premier engouement pour le Cloud a été celui de l’IaaS. Celui du monde d’Amazon, de la virtualisation… Fait par des ingénieurs pour des ingénieurs. Mais avec le SaaS, les ingénieurs ont conçu des solutions pour des utilisateurs nouveaux : les utilisateurs finaux. Ils ont perdu le lien… »
 
Arrêtons d’intellectualiser le Cloud. Le Cloud n’appartient pas à des consultants qui facturent des heures. Le Cloud appartient à l’utilisateur ! ».
Marco Houwen, CEO de LuxCloud.
 
D’où le crédo de LuxCloud : le Cloud bien sûr, mais avec l’Ease of Use et l’Ease of Access. La première étape a été de consolider un environnement de services cloud distincts dans un socle commun. D’y ôter la complexité et de le présenter de la façon la plus ouverte qu’il soit à des autres éléments du Cloud, d’autres services, d’autres brokerage systems,… »
 
Gateway 4 Cloud
 
C’est la « Gateway 4 Cloud » de LuxCloud qui fait sensation. Au dessus de la (quasi) traditionnelle marketplace, LuxCloud dépose un engin d’orchestration, de provisionnement, de transparence et d’ergonomie du Cloud. « L’expérience d’achat d’un service Cloud est généralement très mal organisée, doit constater Marco Houwen. Avec notre « Gateway 4 Cloud », nous permettons à des ISP’s ou des revendeurs, de provisionner un environnement dans lequel l’utilisateur peut tout moduler en un minimum de clicks. Tabs, fenêtres, services, console d’administration user-centric,… embarquée dans une SSO pour tout l’environnement : voilà la clé du succès. »
 
« On ne vend plus des boîtes aujourd’hui : on doit rendre l’expérience d’achat unique pour le client. Simple, toujours plus simple. Nous avons constitué une « Centralized App Workspace » dans lequel, l’utilisateur retrouve son environnement personnel, sur n’importe quel terminal, device, lieu, etc… »
 
C’est le « Cloud Service Layer », la couche d’abstraction qui permet cela. « Cela nous permet même d’intégrer d’autres store-fronts et d’intégrer certains de nos services dans leur propre marketplace. KPN ou Techdata enrichissent ainsi leur propre portefeuille de solution avec des briques du Brokerage System de LuxCloud. »
 
Cool d’être Cool
 
Le fait d’être Cool, d’obtenir cette reconnaissance du fait accompli, mais surtout de la validité de la vision, est déterminante pour l’avenir de LuxCloud. « Du jour au lendemain, nous avons gagné le respect des plus grands de ce monde. Désormais, je n’ai plus à me battre continuellement à devoir expliquer que notre vision est la bonne. Nous avons toujours eu l’idée et maintenant le timing est idéal. Cette inscription dans la Cool Vendor List établi que le risque de marché pour LuxCloud n’existe plus, que le risque produits a disparu, et le risque de revenus a été effacé. »
 
Avec quatre piliers de produits et services (enablement pour ISV’s, White Labelling de solutions Cloud, Syndication de services et Centralized App Workspace), LuxCloud est au-delà de la rampe de lancement. « It’s now. It’s here. », dit Marco Houwen. « En trois ans et demi, nous avons investi énormément et nous n’allons pas arrêter. » Et maintenant : « nous travaillons sur ce que nous allons mettre au point dans 6 ou 9 mois. Nous avons une avance et nous entendons bien la conserver. »
 
Source ; itnation.lu
 
Retrouvez toutes nos offres d’emploi IT www.moovijob.com !
 

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.