Onboarding : l’art d’intégrer un salarié en entreprise

La semaine dernière, nous accueillions notre nouveau commercial Luxembourg chez Moovijob. Nous en profitons pour vous parler de l’Onboarding ou littéralement : « à bord », c’est-à-dire le fait d’intégrer un nouveau collaborateur dans l’entreprise. Cette période est un moment décisif qui constituera la base de la compréhension des enjeux de la société, mais aussi de la productivité du salarié à long terme. Entre rencontres, formations, processus, réunions, présentations et transmissions, voici 5 bonnes pratiques à adopter pour un Onboarding au top ! 

Trouvé sur Pinterest

Trouvé sur Pinterest


 

1. Anticiper 

Préparer certains essentiels avant le premier jour de votre collaborateur peut vous permettre d’éviter un stress supplémentaire. Dès la fin du processus de recrutement, une fois que la négociation se termine, vous pouvez déjà rédiger le contrat de travail, voire le faire signer avant le début de la prise de fonctions du salarié.

Quels sont les basiques ? L’installation d’un bureau, de logiciels sur un PC, un badge d’accès, un double des clés du bureau, le nom sur la porte, sur le site internet ou prévenir l’agent d’accueil, les membres de l’équipe voire aussi tout simplement les clients et partenaires. Autant de petites astuces qui donneront la sensation d’être comme chez soi au petit nouveau.

 

2. Mettre à l’aise le nouvel arrivant

Nous sommes tous déjà passés par là, au-delà de bien s’entendre avec les collègues et aimer l’entreprise… notre plus grande peur en début de mission c’est de ne pas être à la hauteur. Plus on se sentira à l’aise, plus on pourra s’investir et plus notre engagement et notre productivité s’en verront impactés. Le manager a donc un immense rôle à jouer à ce moment en donnant toutes les clés à son poulain pour qu’il puisse y arriver.

Il est toujours plus agréable de commencer en douceur. Vous pourrez donc présenter les basiques comme l’agencement de l’entreprise, l’organigramme, la cuisine, la machine à café et comment imprimer. Toutes ces informations pratiques éviteront au nouveau de poser sans cesse des questions et lui feront gagner en autonomie et donc en confiance en lui plus rapidement.

 

3. Une formation avec des bases solides

Pour devenir opérationnel, l’employé va devoir connaître les produits et services de l’entreprise, son organisation, sa culture et ses valeurs, ses politiques, les secteurs dans lesquels elle opère, les enjeux du contexte actuel, les objectifs et la stratégie globale, mais aussi les parties prenantes comme les partenaires ou encore les concurrents. Confier la personne à un référent qui lui expliquera toutes ces dimensions permettra de rassurer.

 

4. La prise d’autonomie progressive 

En effet, accueillir un salarié est une chose, mais le suivre pour assurer son épanouissement est tout aussi important. Cela permet de rectifier le tir mais aussi de lui demander ce qu’il a aimé lors de son accueil pour améliorer les futures intégrations.

Il existe également d’autres outils comme par exemple le guide de l’arrivant Just Arrived qui est distribué dans les welcome packs à chaque nouveau salarié qui débarque au Luxembourg. Ce guide permet à l’expatrié(e) de s’y retrouver dans sa recherche de logement comme dans ses démarches administratives.

Certaines sociétés organisent des week-ends d’intégration, d’autres plutôt des soirées ou des repas d’équipe comme chez Moovijob ;), pour marquer leur processus d’Onboarding. Voici l’exemple de Mazars qui organise des séminaires d’intégration pour ses nouvelles recrues :

 

 

Au Luxembourg, ING se distingue par son programme d’onboarding original : les nouveaux arrivants petit-déjeunent avec leur CEO ! Ils rencontrent également l’ensemble des personnes avec qui ils seront amenés à travailler lors de réunions business :

 

programme-onboarding-ing-luxembourg

Source : ing.jobs

Vous accueillez bientôt un membre dans votre équipe ? Suivez les conseils d’Ere Hache pour un onboarding efficace :