Plus de compétences pour les assistant(e)s !

Alors qu’au début des années 1980, l’arrivée massive en entreprise des outils informatiques semblait signer la fin des fonctions d’assistanat ou de gestion en entreprise, quelques décennies plus tard, ces métiers ont su s’adapter, élargissant leur champ de compétences et se faisant toujours plus indispensables dans les bureaux. Le point sur ces évolutions majeures et leur impact sur le marché de l’emploi…

Plus de cordes à leur arc
Policée, discrète, prompte à servir le café et à répondre au téléphone d’une voix enjouée… A voir les clichés qui, il y a peu, avaient toujours cours sur les métiers du secrétariat et du soutien administratif en général, le constat est aisé : les temps ont changé. Monique Jany, présidente de la FFMAS (Fédération française des métiers de l’assistanat et du secrétariat), résume en quelques mots l’essence de cette mutation : « on attend de plus en plus des assistants qu’ils soient experts. » Expert(e)s en matière de TIC (Technologies de l’information et de la communication), expert(e)s en gestion et en techniques organisationnelles, expert(e)s en veille informative et communicationnelle… Multiples sont les compétences essentielles aujourd’hui à l’exercice de ces métiers, requises systématiquement dès l’entretien d’embauche. Le mot d’ordre : la polyvalence.

Travailler autrement
Et si les missions et responsabilités confiées aux professionnels de l’accueil et du soutien administratif se sont tant transformées ces dernières décennies, c’est que le fonctionnement même des entreprises s’est vu largement bouleversé, de changements sociétaux en innovations informatiques. Hier verticaux, les rapports hiérarchiques tendent aujourd’hui à s’horizontaliser. De fait, les secrétaires et assistants qui travaillaient auparavant principalement en binôme sont aujourd’hui appelés à oeuvrer au sein d’équipes, maillons incontournables du travail collaboratif. « L’assistant est affecté à des équipes projets, et est au coeur des réseaux de l’entreprise », confirme Monique Jany.
D’exécutantes, les fonctions sont devenues centrales, et proactives. Pour preuve : esprit d’initiatives et capacités d’encadrement s’affichent maintenant au chapitre des qualités requises à l’exercice de ces métiers sur la plupart des offres d’emploi. Et soutien à la communication, à l’organisation, à l’action ou à la décision prennent aujourd’hui le pas sur les tâches purement administratives.

Des métiers d’avenir
« Derrière l’artisanat, l’assistanat est le deuxième métier de France », rappelle Monique Jany. De là à considérer ces carrières comme des métiers d’avenir, il n’y a qu’un pas. Et alors que les entreprises doivent affronter les tempêtes économiques, les fonctions du soutien administratif et de la gestion se révèlent des pièces maîtresses. Leurs forces ? Des compétences transversales, là encore, qui les rendent indispensables aux yeux des sociétés quand coupes budgétaires et restrictions de personnel s’imposent. Gestionnaires avisés, communicants au fait de chaque spécificité de la structure qui les emploie, atout bienvenu des services de comptabilité grâce à des compétences généralement acquises lors des cursus de formation traditionnels… C’est toute l’entreprise qui bénéficie désormais du savoir-faire des assistants et autres gestionnaires, et pour longtemps encore.

Publié le 03/12/2012 – Regoinsjob.com – Par La Rédaction

Retrouvez toutes nos offres d’emplois sur Moovijob.com !

Facebook Comments

Website Comments

  1. Cubrilo Petar

    L’industrie du M.L.M. (Multi-Level Marketing) repose sur un principe simple : permettre à chacun de changer de trajectoire professionnelle en limitant les risques autant pour l’entreprise que pour l’individu. L’idée de base est de distribuer une gamme de produits et, progressivement, évoluer vers l’encadrement d’une équipe de distributeurs.

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.