Pratiquer un métier non traditionnel


Aujourd’hui,pour le 3e épisode de notre périple dans le monde des métiers aussi inhabituels, partons à la rencontre de ces femmes qui exerçent des métiers traditionnellement masculins.
 
Pour lire ou relire notre 2e épisode « Top 10 des métiers insolites » , suivez ce lien !
 
DRUMMONDVILLE – Pour les femmes, les métiers non traditionnels ont de meilleures opportunités et des conditions d’emploi favorables dans des secteurs d’activité plus prometteurs que les métiers traditionnels.
 
Au Québec, 338 métiers sont considérés comme traditionnellement masculins. C’est-à-dire que moins de 33% des femmes l’occupent.
 
On croit souvent que le terme non traditionnel représente des métiers ou des professions manuels demandant peu d’études. Ce n’est pas nécessairement le cas. Plusieurs emplois font partie des domaines scientifiques et technologiques exigeant une formation spécialisée.
 
Il y a donc toute une diversité de carrières qui représente de bonnes possibilités d’emploi et surtout des défis stimulants pour les femmes qui veulent aller dans cette voie.
 
De plus, la notion de métier non traditionnel peut également s’adresser aux hommes. Plusieurs professions sont particulièrement investies par les femmes. On pense entre autres aux domaines de l’éducation spécialisée, de la coiffure, de l’esthétique, de l’enseignement primaire, etc.
 
Les caractéristiques
 
Pour être en mesure de se réaliser pleinement dans un métier non traditionnel lorsqu’on est une femme, il y a certains critères à respecter.
 
Se sentir différentes des autres ne doit pas être important. Être curieuse et aimer vivre des expériences inhabituelles. Ne pas craindre de penser différemment de son entourage. Aimer faire les choses soi-même avec persévérance.
 
Être capable de rire de soi-même et de répondre rapidement. Et surtout, vouloir relever des défis, avoir un tempérament fonceur et audacieux.
 
Concours Chapeau, les filles!
 
Le gouvernement de Québec met tout en place pour permettre aux filles de s’épanouir dans tous les milieux. En effet, le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport a lancé, le 8 janvier dernier, la dix-septième édition du concours destiné aux filles qui étudient dans un secteur traditionnellement masculin.
 
C’est également la treizième édition de son volet scientifique Excelle Science dédié à celles qui étudient au premier cycle universitaire en sciences pures ou appliquées.
 
L’objectif de ce programme est de valoriser les filles à se diriger dans un domaine d’études masculin, récompenser les efforts et la persévérance.
 
 
Surprise et réprobation
 
Malgré les efforts fournis par les différents acteurs du monde de l’éducation, quelques personnes ont encore une vision stéréotypée de la place et du rôle des femmes dans la société.
 
Selon un rapport de recherche du MELS, concernant les participantes du concours
Chapeau, les filles, les femmes qui étudient dans un domaine traditionnellement masculin ont rapporté que des membres de leur entourage ont été surpris et même réprobateurs concernant leur choix de carrière.
 
Les filles, quant à elles, ont une véritable passion pour le métier choisi. C’est le sentiment d’être en mesure de répondre aux exigences qui les anime.
 
Les idéaux et les valeurs sont aussi particulièrement importants. Les femmes choisissent un métier qui a une utilité sociale et de bonnes conditions salariales.
 
La transition entre les études et le marché de travail se fait relativement bien. La majorité des employeurs engagent autant une femme qu’un homme à qualification égale.
 
Quoi qu’il en soit, une société qui se veut juste et égalitaire laisse une place aux femmes dans tous les domaines.
 
Source ; limpact.ca
 
Retrouvez toutes nos offres d’emploi et de formations sur www.moovijob.com !
 
Infos, actus, bons plans : rejoignez-nous sur Facebook

Facebook Comments

Website Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.