Recrutement : des parcours plus si atypiques

 

Les recruteurs rencontrent de plus en plus de candidats un peu gênés, par un trou dans leur parcours, un changement de voie, une parenthèse. Des candidats qui hésitent : dois-je essayer de ne pas en parler, d’éluder tel ou tel point, de transformer ces quelques mois de flou en un séjour linguistique ? Cette année de congé maternité en une année sabbatique pendant laquelle j’ai effectué une mission humanitaire ?

 

Les profils et parcours atypiques sont de plus en plus courants. Mais qui dit atypique ne dit pas nécessairement inintéressant. Le tout est qu’il s’en dégage un semblant de cohérence. Vous avez commencé par des études de droit puis avez senti l’appel d’une école de commerce ? Pourquoi pas ! Vous étiez commercial terrain et avez tout plaqué pour devenir électricien ? Vous avez choisi de vous consacrer à vos enfants pendant quelques années et souhaitez reprendre une activité ? La vie est ainsi faite et tout ce qui est argumenté est recevable. Entre choix personnels ou professionnels, accidents de la vie, les parcours se façonnent de diverses manières. Voici quelques conseils pour valoriser au mieux vos choix et vos expériences et en faire de réelles forces.

Conseil n°1 :

Dans votre CV, ne mentez pas, mais mettez avant tout en avant les expériences qui pourront vous aider pour le poste convoité. Le recruteur n’a pas besoin, dès votre CV, de tout savoir de vos éventuels accidents de parcours, de vos choix. En revanche pour vous sélectionner, il a besoin de voir que les compétences dont vous disposez sont en adéquation avec les compétences qu’il recherche pour le poste. Mentionnez les expériences qui vous ont formé, qui vous ont permis de développer des qualités que les entreprises apprécient, que vous pourrez éventuellement transmettre.

Conseil n°2 :

Dans votre lettre de motivation, puis en entretien de recrutement, indiquez en quoi votre parcours, bien qu’il puisse sembler atypique voire bancal, est en fait une force. Montrez comment les différentes composantes, lorsqu’elles agissent ensemble, vous permettent d’être meilleur, différent. En résumé, soulignez votre diversité, mettez en avant votre différence, celle qui fait votre force. Il peut s’agir d’environnements dans lesquels vous avez su évoluer : PME vs Groupe, Groupe vs Association, France vs étranger, ou encore de postes que vous avez occupés, de statuts que vous avez connus : manager vs employé, bénévole, travailleur indépendant… Vous avez plusieurs cordes à votre arc, ne vous en cachez pas, c’est un atout.

Conseil n°3 :

Assumez vos choix, assumez-vous. Nous le disions, on rencontre aujourd’hui de plus en plus de parcours atypiques. Les recruteurs connaissent ces profils de jeunes engagés, mères de famille, touche-à-tout, insatisfaits ou curieux. Si certains ont très tôt la révélation sur le métier qu’ils souhaitent exercer, se projettent, sachant d’entrée quels seront leurs choix, quels échelons ils souhaitent gravir, d’autres se cherchent ou ne souhaitent pas s’enfermer dans une voie toute tracée, s’autorisant quelques libertés.

A noter qu’il est également possible de rédiger plusieurs CV, « sur-mesure », dans lesquels on ne fait apparaître que les expériences, formations, compétences en lien avec le poste convoité. Mais attention, cette méthode comporte un risque ; en entretien, le recruteur voudra en savoir plus et vous interrogera probablement également sur ce que vous avez choisi de ne pas faire apparaître. Si vous choisissez cette option, soyez donc tout de même prêt à détailler votre parcours en entretien.

Article publié le 14 février 2013 – la-page-de-l-emploi.pagepersonnel.fr

 

Retrouvez toutes nos offres d’emploi sur Moovijob.com !