Travailleurs frontaliers au Luxembourg malgré la crise

71 000 Lorrains se rendent au Luxembourg tous les jours soit la moitié des travailleurs frontaliers. Malgré la crise, le Luxembourg reste une bulle d’air pour l’emploi en Lorraine. Mais cette crise touche aussi le Grand-Duché. Les acteurs de l’emploi tant lorrains que luxembourgeois l’ont confirmé durant un colloque consacré aux frontaliers organisé la semaine dernière au World Trade Center. « Par rapport à l’année dernière, les offres d’emploi venant du Luxembourg ont diminué de moitié » , explique Gilles Risser, directeur de Moovijob, portail de l’emploi frontalier. « Nous avons eu 3600 offres cette année. Tous les secteurs d’activité sont en baisse même si certains vont mieux que d’autres comme les assurances et la distribution discount. Tout ne sera pas rétabli avant un an », poursuit-il. « Il y a un vrai changement des deux côtés de la frontière», estime Guy Brandenbourger, directeur au sein de PriceWaterhouseCoopers. « L’industrie notamment est touchée de part et d’autres. Les services, en revanche, échappent à la crise au Luxembourg ». Nouveau sur internet Le Luxembourg reste toutefois une manne pour l’emploi lorrain. « Il demeure un pôle important », constate Jean Niel, directeur général de Pôle Emploi Lorraine. « Heureusement qu’il y a cela pour soulager la crise économique », poursuit-il. Avec 5% de chômage, la situation économique est toujours meilleure qu’en Lorraine. La Région observe donc régulièrement et consciencieusement l’état de santé économique des Luxembourgeois. « Nous avons toujours eu le souci d’accompagner au mieux les travailleurs transfontaliers », explique Jean-Pierre Masseret. « Cette réalité fonctionne déjà dans de bonnes conditions mais nous devons être davantage en contact, en explication, en capacité ». C’est pour répondre à ces impératifs, que la Région a mis en ligne un [nouveau site internet|www.frontalierslorraine.eu|fr]. Trois cibles sont visées : les travailleurs frontaliers, les étudiants ou demandeurs d’emploi et les employeurs. Actuellement, il enregistre 500 visites par jour. « Notre politique d’accompagnement s’appuie sur trois secteurs : la mobilité, tant par la route que par le fer, l’adaptation de la qualification de la main-d’œuvre et la mise en place de partenaire informatif qui explique toutes les règles du jeu qui peuvent exister de l’autre côté », souligne Jean-Pierre Masseret. « Nous suivons de très près tous les débats qui peuvent exister du côté du Grand-Duché ». Avec toujours la peur que le Luxembourg ne soit plus un eldorado pour les Lorrains. __Cet article est paru le 11 juin 2009 dans l’hebdomadaire La Semaine__, aller sur le site de la semaine [ICI|http://www.lasemaine.fr/2009/06/17/travailleurs-frontaliers-au-luxembourg-malgre-la-crise|fr] __Aurelia SALINAS__, journaliste La Semaine.

Facebook Comments

Post a comment