Yapital agrandit ses effectifs !

La solution de paiement mobile gagne du terrain et son équipe s’agrandit. Elle compte déjà 22 personnes à la Cloche d’Or et devrait doubler pour la fin de l’année. Initialement filiale à Luxembourg, Yapital Financial AG devient la maison-mère.

Au printemps 2012, Yapital débarquait au Luxembourg. Sans tambour ni trompette, mais avec une idée bien arrêtée sur le futur des paiements mobiles et avec une solution «cross-channel». D’abord très discrète, avec une licence de service de paiement validée par la CSSF, pour démarrer l’activité depuis la rue Goethe. Puis, au fil des partenariats signés et de l’évolution du marché, avec une équipe continuée à l’international, mais toujours discrètement.

Yapital se montre à présent et se montrera davantage désormais. Son président et CEO, Nils Winkler, viendra en personne de plus en plus souvent à Luxembourg.

Deux étages à la Cloche d’Or

Car c’est officiel: «Jusqu’ici, nous avions la maison-mère à Hambourg et la filiale à Luxembourg. D’ici peu, notre quartier général et siège sera à Luxembourg, et notre filiale sera à Hambourg. Ce n’est plus qu’une question administrative, tous les voyants sont au vert.»

Signe de la croissance de Yapital – surtout conditionnée au marché allemand jusque là – et du potentiel de développement que la société se donne, le siège luxembourgeois, installé à la Cloche d’Or (dans deux étages du bâtiment où loge aussi ebrc par exemple) s’est agrandi mine de rien.

Neil Scoble, managing director de Yapital Financial AG à Luxembourg, a posé ses valises il y a près d’un an déjà, en provenance de Londres… Et autour de lui, gravite aujourd’hui une équipe de 22 personnes. «Nos perspectives nous font un entrevoir que ce staff sera doublé à la fin de l’année», confie-t-il.

Ambitions à long terme

Yapital a d’abord développé un produit de mobile payment qui se veut le plus complet – il combine la carte de crédit, le flash par app de smartphone d’un QR code généré par le vendeur, l’achat en ligne ou le transfert peer to peer notamment avec mention immédiate du retrait sur le compte – tant pour le consommateur que pour le marchand.

Avec cet atout et un marché sans vraie limite, Yapital, lancé et soutenu par le puissant gropupe de e-commerce Otto, a l’ambition de rester dans les grands de ce monde où les opérateurs auraient tendance à se bousculer. «Dans cinq ans, le marché sera consolidé. Les start-up auront des difficultés à survivre. Certains acteurs auront disparu. Il restera peut-être deux ou trois opérateurs paneuropéens. Nous serons parmi ceux qui seront là et feront des acquisitions», prédit Nils Winkler, sûr de son fait.

Tout celà, donc, au départ du Luxembourg, «où tout est question d ‘échelle et, parfois, de patience», dit le CEO. Du coup, Yapital entend bientôt communiquer davantage, pour continuer à agrandir un réseau de partenaires commerciaux, puis toucher le consommateur.

Publié le 10/04/2014 – Paperjam.lu – Par Alain Ducat 

Retrouvez toutes les offres de Yapital sur Moovijob en cliquant ici

Facebook Comments

Post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.